A Toulouse, les entreprises boudent l'Euro 2016

le , mis à jour à 09:44
0
A Toulouse, les entreprises boudent l'Euro 2016
A Toulouse, les entreprises boudent l'Euro 2016

Hongrie - Belgique ce dimanche soir au Stadium en huitièmes de finale de l'Euro sera une grande fête... mais pas pour le business local. Quatrième et dernier match de la compétition à Toulouse (Haute-Garonne), il sera boudé par les sociétés du coin, comme les autres. La raison ? « Aucune entreprise toulousaine n'a eu les moyens de prendre des places », explique Didier Gardinal, président de la chambre de commerce et d'industrie Midi-Pyrénées. Pourtant, en janvier, lors d'une présentation de l'Euro 2016 à la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, les représentants de l'UEFA assuraient que l'événement était « le plus grand centre d'affaires d'Europe ».

 

5 900 € par personne pour un match

 

L'association européenne de football voulait convaincre les chefs d'entreprise locaux que le Championnat d'Europe était une opportunité pour leurs activités. Elle proposait un accès privilégié aux quatre matchs prévus au Stadium avec la location de 32 loges et quatre salons pour les entreprises. Sauf que les tarifs prohibitifs des packs VIP — 5 900 € par personne pour un match — ont eu raison du tissu économique local. Même le principal employeur, Airbus Group, a fait l'impasse, jugeant « les tarifs trop élevés ». Découragement similaire du côté du groupe Newrest — présidé par Olivier Sadran, aussi patron du Toulouse Football Club — qui possède une loge au Stade de France. « Nos clients n'en profiteront pas, c'est hors de prix pour une rencontre », confie un porte-parole de la société.

 

« La majorité des packs VIP ont été réservés pour moitié par de grands groupes étrangers, le reste par des groupes français. Des chefs d'entreprise toulousains m'ont confié qu'au vu du climat social difficile, ils ne voulaient pas ajouter de l'huile sur le feu en achetant des places à prix d'or », poursuit Didier Gardinal. Lagardère, Veolia ou la BNP ont donc invité leurs clients au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant