A Toulouse, c'est la guerre des hamburgers

le
11
A Toulouse, c'est la guerre des hamburgers
A Toulouse, c'est la guerre des hamburgers

«Depuis plusieurs mois, je suis diplomate et conciliant mais j'ai la désagréable impression que l'on veut casser mon commerce », tempête Ahmed Haouli, le gérant du food truck Class'Burger. Ce patron d'un camion ambulant vendant des sandwichs sur la zone d'activités de la Route d'Espagne à Toulouse (Haute-Garonne) bataille depuis trois mois avec la mairie de la Ville rose pour obtenir un nouvel emplacement.

Alors qu'il avait fidélisé sa clientèle sur ce premier emplacement délivré par la municipalité, cet autoentrepreneur de 32 ans, originaire du quartier populaire du Mirail, est accusé de « concurrence déloyale » par l'enseigne McDonald's, installée à quelques dizaines de mètres. Depuis plus de six mois, c'est donc une guerre de tranchées qui oppose ce petit patron au géant américain qui considère ce commerce comme sédentaire.

Pour apaiser les esprits, la mairie devait trouver un nouvel emplacement au patron de Class'Burger afin qu'il exerce plus sereinement son activité. Elle a fait des propositions que l'autoentrepreneur a refusées. Le 31 décembre, son camion devra pourtant partir de la zone d'activités.

Pour la mairie, «le dialogue n'est pas rompu»

« On m'a proposé deux lieux près du rond-point de la Route d'Espagne mais ils sont sur des endroits boueux ou ne respectent pas les normes de sécurité, explique Ahmed Haouli. Le battant de mon camion arrive au milieu de la chaussée et les clients ne peuvent plus se garer. J'ai moi-même proposé différents emplacements qui appartiennent à la mairie mais cela ne leur convient jamais. Et maintenant, ils veulent m'envoyer sur un rond-point à Colomiers alors que je n'ai pas de clientèle là-bas. J'ai l'impression qu'on veut décourager un jeune comme moi qui a créé son emploi pour laisser le champ libre à McDo?! Mais je ne bougerai pas?! »

Du côté de la mairie, Isabelle Hardy, l'adjointe au commerce, assure que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mathiasc le mercredi 11 déc 2013 à 16:26

    CAMIF en effet tu sembles en tenir une sacrée couche mon grand

  • raga81 le mercredi 11 déc 2013 à 16:24

    C'est désolant mais la gastronomie française perd sa lustre un peu partout depuis qqs années, faute d'innovation, parmi d'autres bloquages. Les food trucks (camions mobiles) representent une rare innovation. Evidemment, la France va essayer de mettre des batons dans les roues d'entrepreneurs.

  • d.e.s.t. le mercredi 11 déc 2013 à 16:16

    Peut-être conciliant, mais s'installer devant McDO, ça s'appelle provocation et concurrence déloyale, tout simplement!

  • indyta le mercredi 11 déc 2013 à 16:02

    en dehors du propos, ce serait bien qu un professionnel du journalisme ne fasse pas de fautes d orthographe:a refus-e ,le passe compose avec le verbe avoir ne s accorde pas .

  • M9602493 le mercredi 11 déc 2013 à 16:00

    ON S EN BAT LES C...

  • sleflem le mercredi 11 déc 2013 à 15:56

    C'est surement l'inverse en réalité, abru.ti de CAMIF

  • patgabon le mercredi 11 déc 2013 à 15:52

    il va essayer d'imposer sa façon de voir les choses à la France...

  • gacher le mercredi 11 déc 2013 à 15:51

    macdo vend de la saleté. Un bon sandwich est largement meilleur.

  • picokrab le mercredi 11 déc 2013 à 15:49

    c'est le pot de terre contre le pot de vin

  • dotcom1 le mercredi 11 déc 2013 à 15:48

    Du rififi dans la malbouffe, on ne peut que se réjouir.