À Tokyo, Hollande égratigne la Commission européenne

le
0
En visite à Tokyo, le président français semble avoir été inspiré par la politique japonaise de baisse du yen.

Envoyé spécial à Tokyo (Japon)

François Hollande a trouvé son «rêve français» au Japon. À 10.000 kilomètres de chez lui, à l'occasion d'une visite d'État de trois jours, le président de la République a découvert un pays où le taux de chômage n'a presque jamais dépassé les 5 % depuis plus de quinze ans, où l'insécurité n'est pas un problème et où la cohésion nationale est une donnée. Mais surtout un pays où, à peine élu en décembre dernier, le premier ministre Shinzo Abe a pu lancer un programme de relance de l'économie en trois volets, baptisé «Abenomics», dont l'un est consacré à une politique monétaire visant à dévaluer le yen.

Englué dans la déflation et la croissance molle depuis des années, le Japon commence à se redresser. «Le gouvernement japonais a pris un certain nombre d'orientations depuis l'installation de l'équipe de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant