A suivre aujourd'hui... TOTAL

le
0

(AOF) - La chimie de Total (-0,29% à 42,93 euros vendredi) ne sera bientôt plus que de l'histoire ancienne. Après avoir introduit en Bourse sa filiale Arkema, vendu ses engrais, abandonné les matériaux composites et cédé ses adhésifs, la compagnie pétrolière s'est défaite vendredi de sa filiale de chimie de spécialités Atotech. C'est le fonds d'investissement américain Carlyle qui reprend cette affaire pour 3,2 milliards de dollars.

Atotech emploie plus de 4 000 salariés répartis sur 18 usines et de nombreux centres de recherche et centres techniques. Son chiffre d'affaires a atteint le milliard d'euros en 2015, en hausse de 4 % pour un excédent brut d'exploitation d'environ 270 millions d'euros.

Que reste-t-il de la chimie de Total ? Des unités pétrochimiques, intégrées aux installations pétrolières et sa filiale Hutchinson, spécialisée dans le traitement du caoutchouc. Le groupe a assuré qu'il ne comptait pas la céder à court terme.

Pour autant, Hutchinson apparaît, comme l'était Atotech, bien loin des nouveaux centres d'intérêt de la major française. La stratégie du PDG de Total, Patrick Pouyanné, consiste à se recentrer sur les métiers de l'énergie, de l'efficacité énergétique et de la lutte contre le changement climatique.

Pour preuve, actionnaire majoritaire de l'américain SunPower depuis 2011, le géant français a acquis cette année pour 950 millions d'euros le fabricant français de batteries Saft, afin de se développer à l'autre bout de la chaîne dans le stockage d'électricité.

En Bourse, cette mutation énergique est bien accueillie : le titre gagne 0,26% à 43,165 euros.

(P-J.L)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant