A suivre aujourd'hui... PEUGEOT/RENAULT

le
0

(AOF) - Peugeot (+6,7% à 11,54 euros) et Renault (+4,73% à 71,68 euros) ont fait partie vendredi des plus fortes hausses du CAC 40, soutenus par le relèvement des perspectives de croissance du marché français. Selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), ce dernier devrait progresser d'environ 5% cette année contre une précédente estimation de +2%. Le comité estime qu'environ 2 millions de voitures particulières, le principal segment du marché, seront immatriculées en 2016. Le CCFA a révisé ses chiffres à la hausse en raison du dynamisme du premier semestre en France.

Entre janvier et juin, le marché automobile français (voitures particulières et utilitaires) a progressé de 9% à 1 318 461 véhicules. Le seul segment des voitures particulières, le plus important, a augmenté de 8,3% en six mois à 1 102 442 immatriculations. Cet acquis de croissance du premier semestre devrait donc être suffisant pour atteindre la prévision du CCFA en dépit d'un deuxième semestre qui pourrait être moins dynamique.

Pour Renault et PSA, l'enjeu est important puisqu'ils sont largement exposés à leur marché domestique. En 2015, les ventes en France ont représenté, en volume, près de 23% des ventes de Peugeot et 21% de celles de Renault. Donnant ses propres chiffres semestriels, la marque au losange a d'ailleurs précisé qu'elle avait enregistré dans l'Hexagone son meilleur semestre depuis cinq ans sur le segment des voitures particulières. Ses ventes ont augmenté de 11%, à 291 755 immatriculations. Tous segments confondus, Renault a annoncé que ses ventes ont progressé de 11,2% au premier semestre 2016 à 361 675 unités. Pour Peugeot, la hausse atteint 6,8% à 383 246 unités.

Ces perspectives attractives pour le marché français ne constituent pas le seul catalyseur pour les titres automobiles cotés à Paris. En effet, les investisseurs reviennent sur ces valeurs qui ont subi de forts dégagements après la victoire du Brexit au Royaume-Uni (-19% pour Renault et -25% pour PSA entre vendredi et lundi derniers) tandis que les professionnels du secteur outre-Manche se veulent rassurants.

Ainsi, l'association de l'industrie automobile britannique (SMMT) a maintenu sa perspective des ventes automobiles britanniques de 2,7 millions d'unités contre 2,63 millions l'an dernier malgré le Brexit. Au Royaume-Uni, " les fondamentaux du marché demeurent robustes ", a indiqué Mike Hawes, président de la SMMT. Renault avait l'an dernier une part de marché de 4,3% au Royaume-Uni, 7e marché mondial du groupe. PSA, quatrième constructeur en Grande-Bretagne avec 8,5% du marché.

Reste une incertitude sur la situation en Grande-Bretagne : l'impact de la baisse de la livre sterling. Certes, PSA comme Renault a annoncé que des ajustements tarifaires seront sans doute décidés pour compenser. Mais, dans son dernier document de référence, Renault a estimé à 18 millions d'euros l'impact négatif sur son résultat opérationnel de toute hausse de 1% de l'euro face à la livre sterling. Pour Groupe PSA, l'impact est estimé à 30 millions.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant