À Stockholm, Obama estime qu'il aura l'aval du Congrès

le
0
Sur le plan diplomatique, les États-Unis se concentrent sur les voisins de la Russie et pratiquent une sorte de politique d'endiguement, aux accents de guerre froide.

De passage mercredi à Stockholm, aux portes de la Russie, Barack Obama s'est dit persuadé que le Congrès voterait en faveur de frappes en Syrie. «Je pense que le Congrès approuvera une telle résolution», a-t-il assuré.

Dominée par la crise syrienne, cette visite en Suède à l'occasion du sommet des pays nordiques représentait un bol d'air diplomatique. Peu de sujets fâchent entre les deux pays. Protection de l'environnement, traité de libre-échange: Suède et États-Unis sont sur la même longueur d'onde.

Seule exception au tableau, la Syrie, puisque le premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt se refuse toujours à soutenir une intervention militaire en dehors du cadre de l'ONU. Barack Obama, qui a rappelé que la «crédibilité» du Congrès américain «était en jeu» sur le sujet syrien, en ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant