A Sourdun, les parents votent pour l'uniforme

le
0
Jupe ou pantalon noir et chemisier blanc pour les filles, pantalon noir, chemise blanche et cravate pour les garçons, pour combattre «la tyrannie des marques», les élèves de cet internat de Seine-et-Marne porteront désormais l'uniforme.

Une rentrée sous le signe de l'uniforme. Les 389 élèves de l'internat d'excellence de Sourdun, de la sixième jusqu'à la classe préparatoire, viennent de milieux défavorisés. Ils ont porté pour la première fois lundi matin l'uniforme, un changement de tenue destiné à combattre «la tyrannie des marques» en instaurant «une égalité entre les élèves» selon le directeur.

En octobre, le débat est lancé «Pour ou contre l'uniforme?», 285 familles et élèves répondent et le «oui» l'emporte à 75%.

Vielle tradition en Angleterre, le port de l'uniforme est peu répandu en France. C'est une première pour une école publique que d'instaurer un tel règlement dans la vie scolaire des étudiants qui n'ont pas tous accueilli la nouvelle avec enthousiasme. «Je n'aime pas vraiment... Je ne suis pas vraiment à l'aise» glisse William, 12 ans, les manches un peu longues lui retombant jusqu'au milieu des mains.

Pour les professeurs et surveillants, l'uniforme est un gain de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant