À Sochaux, Ledus bitatif

le
0
À Sochaux, Ledus bitatif
À Sochaux, Ledus bitatif

Quelques semaines après avoir déposé une motion de défiance à l'égard de l'actionnaire chinois Ledus, les supporters du FC Sochaux-Montbéliard attendent maintenant que le président Wing Sang Li tiennent ses promesses. Et que les joueurs parviennent à se maintenir en Ligue 2.

Voilà plus de six mois déjà que le mythique club de Sochaux est passé sous pavillon chinois. Une nouvelle que doivent encore digérer les fans et habitués de Bonal, abandonnés par l'actionnaire historique du club, PSA Peugeot Citroën, qui ne fait même plus mention des heures glorieuses de son club dans son musée. Mais si le passé est passé à la trappe pour le constructeur automobile, il est encore bien présent dans l'esprit des Lionceaux. Depuis ce bouleversement, Sochaux ne va pas bien. La belle qualification du club en demi-finale de la Coupe de France a beau avoir redonné du baume au cœur à toute une ville, elle ne suffit pas à faire disparaître les inquiétudes les plus vives : à cette heure-ci, Sochaux est toujours relégable. Une saison cauchemardesque pour tous les amoureux du club, qui n'ont pas manqué de rappeler le nouveaux président du club, Wing Sang Li, à ses obligations, en janvier dernier. Devant l'immobilisme de ce dernier, accusé d'avoir acheter un jouet dont il ne comprenait pas le fonctionnement, tous les groupes de supporters de Bonal (c'était une première en France), s'étaient réunis pour rédiger une motion de défiance. Un coup de gueule qui a semble-t-il porté ses fruits : un plan d'action a enfin été communiqué aux supporters.

Ne pas foncer dans le mur


En décembre déjà, Bonal grondait. La nouvelle année approchant et l'absence de propositions des Chinois de Ledus mettaient les supporters à cran. En janvier, tous décident alors de s'unir. " La motion de défiance, c'était notre recours pour montrer notre inquiétude. Le groupe Ledus n'avait toujours pas formulé le moindre projet écrit et formalisé ", explique Jean-François Bonnet, le président du Supporter Club du FC Sochaux-Montbéliard. " On souhaitait que l'actionnaire rende des comptes aux supporters, aux médias et au personnel du club, qui n'avait pas non plus été informé des projets en cours. " Forcément, tout le monde avait un peu l'impression de foncer dans le mur. D'autant que tout le monde s'était déjà interrogé devant l'absence de réaction face aux mauvais résultats obtenus par Olivier Echouafni, qui avait été licencié à retardement et remplacé par Albert Cartier. Et ce ne sont pas les quelques frasques du nouveau président chinois qui pouvaient donner satisfaction à l'ensemble des supporters du FC Sochaux-Montbéliard.
[BR…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant