A Séoul, les Européens tentent de rassurer sur l'Irlande

le
0
Les ministres des Finances français, allemand, britannique italien et espagnol ont rédigé une déclaration commune à l'intention des marchés obligataires, rappelant que le secteur privé n'avait rien à craindre avant 2013.

De notre envoyée spéciale à Séoul : Alexandrine Bouilhet

Alors que les Etats-Unis et la Chine s'écharpent sur les monnaies à Séoul, les Européens, eux, ont les yeux rivés sur les marchés obligataires, notamment sur les taux d'emprunt de l'Irlande qui ont explosé à près de 9% pendant la réunion du G20. Poussé par ses partenaires européens, l'Allemagne -représentée à Séoul par Angela Merkel et Wolfgang Schaüble -, a accepté de signer une déclaration commune visant rassurer les investisseurs, avant l'ouverture des marchés en Europe.

«Quel que soit le débat sur le futur mécanisme permanent de crise et la potentielle implication du secteur privé, nous réaffirmons clairement que ce mécanisme ne s'applique pas à la dette actuellement en circulation, ni à aucun programme actuellement en place», affirme le communiqué des ministres de la zone euro du G20 publié à Séoul. «Le futur mécanisme n'entrera pas en application avant milieu 2013, ce qui signifie qu'il

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant