À Semiluki, ils votent Poutine et regrettent leur kolkhoze

le
0
Ils vivent chichement, gardent la nostalgie de l'époque soviétique et ne jurent que par le premier ministre candidat.

21 ans après la fin du communisme, sa carcasse de briques rouges et blanches hante toujours le village de Semiluki. Au milieu des broussailles qui prospèrent sur la plaine enneigée, on reconnaît sans peine les étables de l'ancien kolkhoze ainsi que les vastes hangars dans lesquels étaient stockées les réserves de nourriture. «Nous avions des centaines de vaches et des cochons et nos fruits étaient les plus beaux de la région», se souvient Tatiana, l'épicière du hameau, en désignant d'un regard morne ce qu'il reste des vergers d'antan.

Comme la plupart des villageois, cette quinquagénaire fatiguée avoue sans gêne qu'elle regrette l'époque soviétique, «avec ses routes en bon état et ses jardins fleuris». Mais contrairement à celle de Voronej, capitale régionale où le Parti communiste a raflé 33% des voix aux législatives du 4 décembre, la population de Semiluki ne jure que par le premier ministre Vladimir Poutine.

«Il est juste et bon», murmure Maria Trenien

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant