" À Sedan, ils vendaient leurs mobylettes pour se payer un abonnement "

le
0
" À Sedan, ils vendaient leurs mobylettes pour se payer un abonnement "
" À Sedan, ils vendaient leurs mobylettes pour se payer un abonnement "

Au lendemain d'un France-Cameroun auquel il a assisté à la Beaujoire, l'ex-Canari Olivier Quint, aujourd'hui entraîneur en DH et ambassadeur du Footgolf club de Nantes, dit croire aux chances des Bleus durant l'Euro, demande aux Français de soutenir Deschamps et revient sur cette belle carrière qui fut la sienne. Entre aventure humaine à Sedan, contacts avancés avec Liverpool et tentative de corruption des Marseillais.

Tu étais au stade pour France-Cameroun. Tu en as pensé quoi ?
Déjà, il faut dire que l'on sent beaucoup d'attente et de ferveur autour de cette équipe. C'est toujours une bonne ambiance à la Beaujoire, mais on peut être sûr que les Bleus seront bien supportés durant cet Euro. Après, sur le terrain, c'est évident qu'ils ne sont pas prêts. Il y a plein de choses intéressantes sur le plan offensif, mais il y a encore des affinités à trouver défensivement. Et le problème, c'est qu'il faut les trouver rapidement. Être autant dépassé sur les côtés sur l'égalisation à 1-1, ce n'est pas normal.

Tu vois la France aller au bout de la compétition ?
C'est très difficile à dire. Disons qu'elle sera au moins dans le dernier carré. Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'elle paraît ambitieuse et que, pour le moment, elle tire profit de l'engouement populaire. L'attente des supporters ne semble pas avoir d'impact négatif sur l'équipe.

« Payet, on savait qu'il avait du talent, mais pas au point d'arriver à ce niveau. »

Lorsque tu étais à Sedan, ton nom circulait pour l'équipe de France. Pourquoi ça ne s'est pas fait selon toi ?
Ça, il faut demander à Roger Lemerre. (Rires) En tant qu'ancien sedanais, j'ai longtemps cru qu'il me ferait confiance lors de la saison 2000/2001, mais ça ne s'est jamais fait. Peut-être à cause de mon âge, peut-être à cause de mon club, qui sait ? Lorsque j'ai rejoint Nantes, c'était en tout cas dans l'optique de franchir un palier et de rejoindre l'équipe de France. Je sais que mon nom circulait, mais ça n'est jamais allé plus loin…

J'imagine que ça reste un regret. D'autant que ton profil était atypique, c'était pile entre la mise à l'écart de Diomède et l'intégration de Rothen…
Oui, je pense que j'aurais pu apporter quelque chose, mais ce n'est pas un regret. Disons que c'est une grosse déception parce que j'aurais adoré porter au moins une fois le maillot, mais je ne suis pas rancunier. Je continue de supporter avec ferveur cette équipe et je suis très fier de ma…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant