À San Mamés, le Barça assure l'essentiel

le
0
À San Mamés, le Barça assure l'essentiel
À San Mamés, le Barça assure l'essentiel

Vainqueurs de leur quart aller de Copa del Rey (1-2), les Blaugranas peuvent regretter une saute de concentration en toute fin de match. Un pion tardif d'Aduriz qui n'empêche les tenants du titre d'aborder la rencontre retour avec un matelas confortable. Et les retours à prévoir de Messi et Suarez.

Athletic Bilbao 0-2 FC Barcelone

Buts : El Haddadi (18e), Neymar (25e)

MSN ou pas, la symphonie blaugrana reste collective. Un adage sempiternel qui, face à l'Athletic Bilbao, a produit son effet. Alors malmené par un début de match énergique des Basques, les Barcelonais font le dos rond avant d'appuyer sur l'accélérateur. En une remontée de balle amorcée par Ter Stegen, le cuir arrive dans les pieds d'Arda Turan. Le Turc fixe trois défenseurs et, après un temps d'attente, envoie en profondeur Ivan Rakitic. Le centre en une touche qui s'ensuit file dans les pieds de la pointe du soir, aka Munir, pour le pion de l'ouverture du score. En soi, un merveilleux symbole de la profondeur de banc azulgrana - avec cinq pions, Munir est le Pichichi de la Copa - qui permet au tenant du titre d'aborder le quart de finale retour avec un matelas confortable mais pas définitif. Longtemps aux commandes avec un double avantage, il encaisse un pion tardif d'Aduriz qui entretient l'espoir, un peu fou, d'une qualification pour les Basques. Une chimère, a priori, puisque les Lionel Messi et Luis Suarez devraient être de la partie dans une semaine au Camp Nou.

Le golazo de Munir :

Arda y la pausa.

Frenar para atraer y generar espacios para que otros sean veloces.

Gol Munir pic.twitter.com/1y7eAZ8F2f

— Enric Soriano (@EnricSoriano_) 20 Janvier 2016

La classe turque, le talent croate


Les gorges déployés et les chants incessants font leurs effets. Survolté pour ce classique de Copa del Rey entre Leones (23 titres) et Blaugranas (27), San Mamés s'emploie à pousser ses poulains. Des disciples d'Ernesto Valverde qui impriment, sitôt le coup d'envoi, une intensité extrême. Avec un pressing tout-terrain et une domination territoriale absolue, ils réussissent un départ auquel il ne manque qu'un pion pour être qualifié de parfait. Les situations brulantes s'enchainent sans…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant