À San Francisco, reprise du bras de fer d'Airbnb avec les autorités

le
0

En novembre dernier, un référendum anti-Airbnb lancé par la mairie avait échoué. Désormais, une législation locale veut rendre les sites responsables de la légalité des annonces qu’ils publient avec des amendes à la clé.

Cette fois-ci les autorités de San Francisco semblent décidées à attaquer Airbnb là où ça fait le plus mal, directement au porte-monnaie. Une nouvelle étape qui fait suite à la tentative avortée de limiter pour chaque propriétaire ses locations à 75 jours maximum par an. Plutôt que de se limiter à fixer des règles contraignantes destinées à ceux qui louent leur logement, le Conseil des superviseurs de San Francisco a également voulu responsabiliser les sites d’annonces en ligne. Selon ce texte, c’est donc à Airbnb et consorts de s’assurer que toutes les annonces publiées sont conformes à la loi.

Et sinon? Chaque annonce qui ne respecte pas scrupuleusement la législation (nécessité de répondre à certaines normes et d’être enregistré) pourrait donner lieu à une amende de 1000 $ par jour de publication. De quoi faire réfléchir...

1200 expulsions évitées

De son côté, comme le rapporte le site Business Insider les représentants d’Airbnb ne l’entendent pas de cette oreille, expliquant combien les procédures légales d’enregistrement sont complexes pour les propriétaires. Des difficultés qui empêcheraient alors bon nombre d’entre eux de disposer d’un complément de revenu nécessaire dans certains cas. À en croire Airbnb, 1200 propriétaires de San Francisco auraient ainsi évité la saisie ou l’expulsion grâce à ces locations ponctuelles. Pour l’instant, le groupe n’a pas encore précisé s’il appliquerait ou non ces nouvelles règles même s’il a fait savoir que ces dispositions violeraient, selon lui, la loi fédérale protégeant la liberté d’Internet.

La mesure de San Francisco pourrait entrer en vigueur dans moins d’un mois. Reste à savoir si Airbnb choisira alors de payer des amendes ou alors procédera, comme d’autres plateformes, en se retirant des villes qui lui sont les moins favorables. Une affaire qui n’est pas près de s’achever.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant