À San Francisco, il faut faire un choix : c'est votre chien ou un logement !

le
2

La crise du logement n'affecte pas que les locataires à faible revenu : elle affecte aussi ceux qui ont un animal de compagnie. La concurrence est si rude que les propriétaires peuvent se permettre d'être très sélectifs.

Au cours de l'année passée, une personne sur quatre qui a abandonné son animal de compagnie l'a fait par souci de trouver un logement. C'est ce que rapporte le site de CNN, qui a discuté avec l'association de protection des animaux locale, San Francison SPCA. Ils ont commencé à se rendre compte que les habitants avaient de plus en plus de mal à trouver un logement avec leur animal de compagnie. «Le lien entre logement et animal de compagnie est devenu un problème de plus en plus commun», explique la porte-parole de l'association Krista Maloney.

Ces dernières années, l'arrivée massives de ressources humaines - très bien rémunérées - venues à San Francisco pour travailler dans le secteur des nouvelles technologies ont fortement nuit aux locataires à revenu faible et intermédiaire. De leur côté, les loyers ont grimpé en flèche... Le manque de logements vacants et la difficulté de construire des logements neufs ont fait le reste. «La concurrence pour chaque appartement est si féroce que les propriétaires se permettent un degré de sélection très élevé de leur locataire», déclare Mark Campana, président de la société Anchor Realty, qui n'accepte aucun animal dans les quelque 1000 biens qu'il gère.

Les biens acceptant les animaux de compagnie coûtent 12% de plus

«Étant donné la demande actuelle de logement, un propriétaire n'a aucun intérêt à accepter les animaux de compagnie», souligne Mark Campana. «Si certains propriétaires peuvent faire preuve de souplesse, par simple gentillesse, ils savent qu'ils pourront toujours trouver un autre locataire sans animal», insiste Michael Harrington, président de Pacific Union Property Management.

Selon une étude récente réalisée par HotPads, les biens qui acceptent les animaux de compagnie à San Francisco coûtent en moyenne 12% plus cher que les autres. Un pourcentage très (trop?) élevé si on le compare à la moyenne nationale, qui s'élève à 3,5%. Et ces chiffres n'incluent pas les éventuels ajouts de loyers spécifiques à l'animal qui sont parfois réclamés en plus! Si l'on compare avec New York, c'est le jour et la nuit: la part des appartements où les animaux de compagnie sont autorisés est près de trois fois plus élevée.

«Il n'y pas assez de logements abordables pour les propriétaires d'animaux, c'est un fait», conclut Jackie Tom, qui gère 35 biens «animaux-friendly» à San Francisco. «Ils peuvent garder leurs animaux de compagnie, mais il y a un prix à payer. Loger son animal avec soi est devenu un luxe.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le mardi 24 fév 2015 à 14:48

    Merci la Gau.che pour cette Police qui rappelle le N.K.V.D., le K.G.B. ....

  • lm123457 le mardi 24 fév 2015 à 14:48

    En californie, il faut être animaux-friendly, gay-friendly, ... C'est cela la tolérance moderne : que de l'hypocrisie et la Police du Politiquement Correct (PC ... Comme par hasard).