À Saint-Ouen, les loyers du Conseil régional seront deux fois plus faibles

le
0

Annoncé en juillet dernier, le déménagement du conseil régional d’île de France vers Saint-Ouen se confirme. La direction de l’immobilier de l’État a donné son accord à cette opération permettant de substantielles économies.

Il n’y a désormais plus d’obstacle possible à l’emménagement du conseil régional d’Ile-de-France dans l’écoquartier des Docks, à Saint-Ouen, à moins d’un problème de permis de construire de dernière minute. Comme l’a révélé le quotidien Les Échos, France Domaine, la direction de l’immobilier de l’État qui gère le patrimoine immobilier mis à disposition des administrations publiques, a donné son feu vert à l’opération.

À lire aussi: À Saint-Ouen, l’écoquartier des Docks peine encore à tenir ses promesses

L’organisme valide ainsi l’équation économique du projet, qui devrait permettre à la collectivité locale de faire passer son loyer de 503 euros par mètres carrés à 237 euros. À compter de janvier 2018, deux immeubles de cette commune de Seine-Saint-Denis accueilleront Valérie Pécresse, son cabinet et toute l’administration régionale pour un loyer annuel de 12,8 millions d’euros par an, hors taxes et charges, contre 30 millions d’euros budgétés en 2015.

Les perles immobilières de la Région devraient rapporter 250 millions d’euros

En quittant le centre de la capitale, l’équipe régionale et ses 2000 agents répartis sur 16 sites différents abandonneront 64.786 mètres carrés (dont la moitié en propriété) pour retrouver au total 55.472 mètres carrés. Une diminution de surface rendue possible par la rationalisation des services supports lorsque l’administration n’occupera plus que deux immeubles.

Au passage, l’opération se soldera par la vente du riche patrimoine immobilier de la Région. Ses cinq hôtels particuliers et un immeuble, parfaitement situés dans les arrondissements les plus cotés de Paris devraient se vendre à 250 millions d’euros. Les contrats de locations à Saint-Ouen prévoient par ailleurs des options d’achats au bout de dix ans et dix ans et demi, pour 257, 6 millions d’euros, pour le premier, et 146,5 millions, pour le second.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant