A Saint-Maur, on savoure

le , mis à jour à 06:13
0

« Ça y est, l'avion s'est posé ! Ouais !!! » Les yeux rivés sur la télé, bras en l'air, Victor crie sa joie comme les autres clients du bar-restaurant la Grillade à Saint-Maur (Val-de-Marne). Bien qu'il n'ait pas dormi de la nuit, l'homme ne rate pas une miette de l'atterrissage des joueurs de la Selecçao à l'aéroport de Lisbonne, retransmis en direct hier midi dans ce fief portugais : « C'est la fierté de notre pays qui arrive ! », lâche-t-il.

 

Dimanche soir, plus de trois cents personnes s'étaient massées dans ce repaire de supporteurs. « Ça débordait de partout. La police a coupé la rue tellement il y avait du monde. C'était la folie ! » se souvient Manu, le patron, qui proposait au déjeuner, de la morue et... du coq au vin : « Ça n'a rien à voir avec la défaite de la France, jure-t-il. C'était prévu il y a longtemps... » Dans le Val-de-Marne, où vit la plus importante communauté de France, la victoire a été largement fêtée. Dans la ville voisine d'Ormesson, la foule a envahi la place de l'Appel-du-18-Juin-1940 et certains ont fait flotter le drapeau lusitanien en haut de la fontaine. « C'est une grande émotion, confie Fernand Roda, un client, les larmes aux yeux. Ça faisait longtemps qu'on l'attendait. En 2004, elle nous avait échappé face à la Grèce. Là, ce sont les Français qui n'ont pas eu de chance. Dans quatre ans, ça changera. Mais là, elle est à nous cette coupe ! »

 

L'ambiance est fébrile

 

Dans les studios de Radio Alfa installés à Valenton aussi, l'ambiance est fébrile. Depuis l'accession du Portugal en demi-finale, la station communautaire lusophone qui émet en Ile-de-France a adapté ses programmes. Il faut dire qu'au début de la compétition, la rédaction n'y croyait pas : « Comme la plupart des Portugais de France, on n'était pas confiants », concède Kevin Vaz, un journaliste. « Le journaliste sportif de la maison a même dû décaler son départ ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant