À Saint-Étienne-du-Rouvray, Nice ou Paris, Daech vise la "zone grise"

le , mis à jour le
0
Sur la promenade des Anglais à Nice, le 15 juillet. 
Sur la promenade des Anglais à Nice, le 15 juillet. 

L'organisation autoproclamée État islamique a largement annoncé et disserté sur son objectif : détruire « la zone grise » (gray zone). Une zone grise, c'est une zone entre-deux, ni blanche ni noire, mais où l'on se mélange. Clairement, il s'agit de disloquer nos sociétés cosmopolites où musulmans et non-musulmans vivent ensemble paisiblement. C'est ce que rappelait Slate en soulignant le choix des cibles des djihadistes après les attentats de novembre. En France, d'abord Charlie Hebdo, soit la quintessence d'un « esprit français » qui tapait indistinctement sur toutes les religions, puis le 13 novembre, les bars de quartiers branchés et populaires de la capitale. S'y ajoute à Nice la promenade des Anglais, noire de monde, où près de la moitié des victimes étaient de nationalité étrangère et 30 % franco-tunisiennes.

>> À lire aussi : Ce que l'on sait au lendemain de l'attaque

Interrogé par L'Express après l'attaque d'une église à Saint-Étienne-du-Rouvray, le délégué chargé des relations interreligieuses pour le diocèse de Lyon, Christian Delorme, appelle à la solidarité entre musulmans et non-musulmans : « Il faut que chacun ait conscience que ceux qui se réclament du groupe État islamique souhaitent le chaos, la guerre civile. En aucun cas il ne faut leur faire ce cadeau-là, affirme le prélat. Aujourd'hui, nous ne nous en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant