À Roubaix, veut développer son opération des maisons à 1 euro

le
3

Après une visite fructueuse à Liverpool, où ce dispositif a bel et bien fonctionné, la mairie de Roubaix veut généraliser cette pratique afin qu’elle s’inscrive dans une opération plus globale pour le logement.

C’est une initiative que Le Figaro Immobilier a suivi avec beaucoup d’assiduité. Dans une ville comme dans l’autre. La mairie de Roubaix est revenue «avec quelques certitudes» de son déplacement à Liverpool pour y étudier le dispositif de vente de maisons à un euro contre réhabilitation qu’elle souhaiterait mettre en place pour lutter contre le délabrement de quartiers. «Ce déplacement lundi nous a permis de revenir avec quelques certitudes, notamment sur le fait que cette opération s’inscrirait dans une opération plus globale de logement», a dit vendredi à l’AFP Marc Vasseur, directeur adjoint du cabinet du maire (Les républicains).

«A Liverpool, ils ont mixé l’approche, avec par exemple cinq maisons à un euro parallèlement à un dispositif avec des bailleurs privés ou une incitation à faire venir des artistes», a-t-il ajouté. Roubaix, surnommée «La ville aux mille cheminées», a connu un âge d’or à l’époque de l’épopée textile. Depuis la désindustrialisation, elle connaît un déclin économique et démographique, la ville passant de plus de 110.000 habitants dans les années 1960 à 95.000 aujourd’hui. La mairie dénombre actuellement entre 4.000 et 5.000 maisons délabrées.

Devenir propriétaire après les rénovations

Selon la mairie de Roubaix, Liverpool a lancé la première phase d’étude en avril 2013 et a mis vingt maisons à un euro à disposition au début de l’année 2014. «Comme le dispositif a bien fonctionné, ils vont remettre 130 maisons à un euro sur le marché», a expliqué M. Vasseur, soulignant que les montants des rénovations effectuées ont été de l’ordre de 30.000 à 40.000 euros avec une durée maximale de réalisation des travaux de 24 mois.

«A Liverpool, les personnes ne deviennent propriétaires effectivement qu’à l’issue des rénovations entreprises dans la maison et nous devons voir si un tel contrat peut exister dans notre législation d’un point de vue juridique», a dit M. Vasseur, précisant que la prochaine phase porterait «sur la viabilité juridique» du projet. La mairie souhaite «entrer dans une phase de test pour une vingtaine de maisons à un euro dans des délais raisonnables».

Le jour où la mairie nordiste a fait part de son intérêt pour ce dispositif, elle a reçu un millier d’appels téléphoniques de personnes intéressées. «Quand on entrera dans la phase opérationnelle, ce n’est pas la mairie qui attribuera ces maisons mais une commission ad hoc pour éviter toute suspicion portant sur les critères d’attribution», a dit M. Vasseur.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brinon1 le dimanche 4 oct 2015 à 17:54

    qui habite cette ville ?.......

  • mcarre1 le vendredi 2 oct 2015 à 23:06

    surtout si certains en profitent pour faire une opération immobilière. Espérons qu'il y a un paquet de garde-fous.

  • er3dw le vendredi 2 oct 2015 à 21:39

    de quel droit des administrations se permettent elle de donner des biens publique à des particuliers. biens qui sont payés par les pigeons de contribuables qui paient leurs impots.