A Rome, on ne vient pas les mains vides !

le , mis à jour à 06:17
0
A Rome, on ne vient pas les mains vides !
A Rome, on ne vient pas les mains vides !

C'est le cadeau d'un dieu du football au chef de l'Eglise catholique fan de ballon rond. Diego Maradona, numéro 10 de légende de l'équipe d'Argentine, vient d'offrir à son compatriote le pape François une montre de luxe de marque suisse dont il est l'un des ambassadeurs. Un présent aux allures de pub que le Saint-Père, supporteur du club de San Lorenzo à Buenos Aires, ne portera pas mais qui alimentera une vente aux enchères. Les sommes récoltées seront reversées aux victimes du récent tremblement de terre à Amatrice.

 

Le souverain pontife est ainsi couvert de surprises de plus ou moins bon goût, gâté par des chefs d'Etat ou de simples fidèles. Les lots sont parfois étonnants. « Un jour, on a offert un âne à Jean-Paul II. Quand on lui a demandé si la bête allait rejoindre les jardins du Vatican, il a répondu : Non, il y a déjà beaucoup trop d'ânes ici ! », explique le vaticaniste Christophe Dickès, auteur du livre « Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde » (Ed. Tallandier). Lors de son voyage en Amérique latine en juillet 2015, François a reçu un crucifix en forme de faucille et de marteau des mains du président bolivien de la gauche radicale Evo Morales. Une offrande accueillie avec une moue dubitative.

 

Mais d'ordinaire, il affiche un large sourire, comme en avril dernier, lorsqu'une délégation de soldats du feu français lui a apporté un casque de protection. Le plus célèbre des jésuites n'a pas hésité à le tester en direct ! En août, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, lui a remis en main propre une maquette de son drone solaire permettant de connecter à Internet les régions les plus reculées de la planète. C'est une tradition ancestrale, on ne débarque jamais les mains vides quand on va à la rencontre de l'évêque de Rome. « C'est un signe de courtoisie. En échange, le pape, lui, offre le plus souvent un chapelet », précise Christophe Dickès. Demain, une quinzaine de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant