À Reims, Aubry joue l'unité des socialistes

le
0
La première secrétaire du PS se veut «première supportrice» de François Hollande.

Reims, sa cathédrale, son congrès. Depuis 2008, la ville est devenue le symbole des divisions socialistes, de l'incapacité du PS à s'entendre, à trouver un chef incontesté et à se ranger derrière lui. Martine Aubry y est revenue mercredi, un peu plus de trois ans après avoir accédé au poste de première secrétaire, au terme de l'une des plus terribles séquences de l'histoire socialiste de ces dernières années. Après un affrontement délétère entre ténors socialistes, la maire de Lille avait finalement réussi à s'emparer du parti aux dépens de Ségolène Royal, dans des conditions encore aujourd'hui contestées. Éreinté par ses onze années passées à la tête du PS, François Hollande s'effaçait, lui, sous les lazzis de ses camarades, persuadés d'avoir réussi à le mettre, comme Ségolène Royal, hors course pour la présidentielle. Raté. Et il faut bien revenir à Reims pour tenter d'effacer ces images, même si on le jure dans l'entourage de Hollande que

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant