À quoi va ressembler la primaire du PS ?

le
0
Cette primaire n'aurait sans doute pas été en débat ni en gestation si François Hollande n'était pas aussi faible, à dix mois de la fin de son mandat
Cette primaire n'aurait sans doute pas été en débat ni en gestation si François Hollande n'était pas aussi faible, à dix mois de la fin de son mandat

Avec la candidature probable d'Arnaud Montebourg et celle, confirmée, de la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, en attendant, en fin d'année, François Hollande, le casting de la primaire initiée par le PS, et boudée par les écologistes d'EELV, se précise.

Qui sera candidat ?

François Hollande a dit et répété qu'il se prononcerait à la mi-décembre sur une éventuelle candidature. Il n'a pas réagi officiellement à la décision prise ce week-end par le PS d'organiser une primaire de la gauche de gouvernement (PS, PRG et UDE, les composantes de la Belle Alliance Populaire). Mais, s'interrogeait-il récemment devant des proches, « si j'ai peur de la primaire, à quoi ça sert que je me présente à la présidentielle ? »

L'ancien ministre Arnaud Montebourg, très critique à l'égard de l'exécutif, qualifie sa candidature d'« hypothèse parfaitement plausible », mais souhaite « une primaire citoyenne, et non pas la primaire des gens qui soutiennent le gouvernement ». Le troisième homme de la primaire de 2011 entend « se concerter, réfléchir ensemble, discuter, se voir » avec d'autres candidats potentiels issus de la gauche du PS, comme l'ex-ministre Benoît Hamon qui voit dans ce processus la preuve qu'« il n'y a plus de candidat naturel » du Parti socialiste.

La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann, autre personnalité...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant