À quoi va ressembler l'Institut français de civilisation musulmane ?

le
4

EN IMAGES - Le ministre de l’Intérieur vient de poser la première pierre de ce bâtiment voisin de la mosquée de Lyon. Un lieu à vocation culturelle mais qui s’impliquera pourtant dans la formation des cadres religieux musulmans.

Après 35 ans de débats, de discussions, d’oppositions, le projet d’un centre culturel musulman à Lyon esquissé par Valéry Giscard d’Estaing et porté par le recteur de la Grande mosquée de la ville Kamel Kabtane, est finalement sur les rails. Sans éteindre pour autant les polémiques. Le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Bernard Cazeneuve, a participé ce jeudi à la pose de la première pierre de cet Institut français de civilisation musulmane (IFCM), jouxtant la Grande Mosquée de Lyon.

* À lire aussi: La cathédrale de Beyrouth rabotée pour ne pas dépasser les minarets

Cinq bulbes posés sur une église aux pieds de la Tour Eiffel

Cet institut, qui doit ouvrir début 2018 vise à «montrer la diversité des cultures de l’islam» à travers des expositions, des formations et des conférences et s’adresse à tous les publics. Un «projet strictement culturel» selon Kamel Kabtane à l’image de lieux existant déjà à Lyon comme l’Espace culturel du christianisme (ouvert en 2014) ou l’Espace Hillel (inauguré en 2008), le centre culturel et social juif de la ville. Tout comme ses homologues, le bâtiment aspirait à bénéficier de fonds publics pour boucler son budget et il a fallu attendre que le contexte évolue pour que ces financements soient débloqués.

Pas de formation théologique

Et c’est toute l’ambiguïté du projet car si l’IFCM ne dispensera aucune formation théologique, il accueillera bien des cours préparant les cadres musulmans au diplôme universitaire «Religion, liberté religieuse et laïcité». Rappelant que ce projet avait été «fortement combattu» par certains au nom de l’«envahissement culturel de la France», le sénateur-maire (PS) Gérard Collomb a souligné qu’il ne fallait pas faire d’«amalgame» avec les «mosquées où peut se répandre un islam dévoyé».

Les travaux de construction des 2.500 mètres carrés de l’IFCM, estimés à 6,6 millions d’euros hors taxe, sont financés pour 3 M EUR répartis à égalité entre l’État, la Ville de Lyon et la Métropole. Le reste par des fonds propres et par l’Arabie Saoudite et l’Algérie (2 millions chacun). En juin, le président (Les Républicains) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, était revenu sur un engagement de son prédécesseur socialiste en renonçant à financer l’IFCM, au motif que des pays étrangers pourraient venir s’immiscer dans son fonctionnement futur. Ce qui a poussé à réviser le budget sensiblement à la baisse.

Évocation de l’architecture traditionnelle islamique

Signé par le cabinet Gautier Conquet qui a réalisé les archives départementales de Lyon, l’aspect général bâtiment «évoque la noblesse de sa mission, tout en rappelant la singularité́ de sa vocation, celle de la diffusion de la civilisation musulmane» selon la description des architectes. Il sera traversé par un atrium «majestueux et lumineux», qui connecte les différentes parties et fonctions du lieu.

L’ensemble comportera une salle de conférences de 240 places, un espace d’exposition de 200 m² ainsi qu’une médiathèque, 10 salles de classe d’enseignement, 2 laboratoires de langue ainsi que 2 salles polyvalentes pour colloques et séminaires. Par ailleurs, l’endroit comportera un salon de thé/restaurant et une terrasse donnant sur les jardins. «L’architecture traditionnelle islamique est évoquée ici par la déclinaison des trois matériaux que sont: la pierre, le bois et le métal», précise encore le descriptif des architectes. Sans oublier les ouvertures en façade évoquant clairement les moucharabiehs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 9 mois

    ("d'épis" -> lire "dépit")

  • mcarre1 il y a 9 mois

    Des cours de religion? On transgresse le culturel pour encore financer du cultuel en d'épis de la loi de 1905. On accepte des financements étrangers dont un pays qui n'a de cesse de promouvoir le radicalisme. Enfin on ancre encore un peu plus l'implantation d'une idéologie théocratique et discriminatoire sur notre sol .

  • sibile il y a 9 mois

    encore un gouffre à fric

  • g.dupuy il y a 9 mois

    quelle honte!