À quoi ressembleraient les deux Madrid sans recrutement ?

le
0
À quoi ressembleraient les deux Madrid sans recrutement ?
À quoi ressembleraient les deux Madrid sans recrutement ?

Dans l'air depuis quelque temps, l'information sur une éventuelle suspension de mercato des deux clubs de Madrid a repris de l'épaisseur. Justement, en cas d'interdiction de recruter, quels plans de bataille emprunteraient Colchoneros et Merengues ?

  • Le Real créerait sa franchise NBA Mis à part une hypothétique Undécima berlinoise, la grande mission merengue de cette fin de saison s'écrit sur un terrain aux dimensions bien plus réduites que celui du Santiago-Bernabéu. À quelques kilomètres plus à l'est de la capitale, le Palacio de Deportes héberge la section basket du Real Madrid et, pour cette fin de saison, le Final Four de l'Euroleague. Avec déjà huit timbales dorées dans cette Ligue des champions version balle orange, la team de Pablo Laso fait figure de grand favori. Furax contre le plan d'austérité d'un été imposé par Sepp Blatter, Tonton Florentino décide, suite à ce nouveau sacre européen, de réduire le Real à sa section de baloncesto. Après un rapide échange téléphonique avec Adam Silver, big boss de la NBA, il précipite le projet d'une franchise européenne et investit tout le budget alloué au football dans ce projet. Avec une raquette composée des Catalans Gasol et un Toni Kroos reconverti en meneur, le Real Viking de Madrid remporte illico le championnat américain. Costaud.

  • Le Real dépenserait l'équivalent du PIB espagnol en un été Florentino Pérez n'est pas du genre à faire dans les économies. De fait, il dépense le budget merengue au gré de ses caprices estivaux. Gareth Bale pour 100 millions d'euros ? Illarramendi pour près de 40 patates ? Ce n'est rien par rapport à ce qu'envisage le président blanc. À l'instar d'un FC Barcelone - ou d'un FC Nantes - qui avait réussi grâce à ses recours à décaler la suspension d'un an, le Real prévoit un mercato milliardaire. D'un coup d'un seul, le magnat du BTP espagnol annonce dès début juin les arrivées d'Eden Hazard, Wayne Rooney, Paul Pogba, Marco Reus et encore de Marco Verratti. Le bilan comptable d'une telle opération est insolent, mais qu'importe. Pis, grâce à son entreprise ACS, qui lui octroie un statut de milliardaire, il prend les commandes des travaux du siège de la FIFA. En y ajoutant sa petite touche personnelle, il arrive à pirater le réseau de Sepp et inverse sa sanction avec celle du FCB.

  • L'Atlético recruterait toute la famille Simeone Dans la lignée de Simeone, le daron est déjà bien présent au Vicente-Calderón. Il en est même le dieu. Fort de ce statut surhumain,…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant