À qui profitent les bons de réduction sur Internet?

le
1

De plus en plus de sites proposent aux internautes des codes promo pour leurs achats en ligne. De quoi faire découvrir des marques à de nouveaux clients.

Alors que la période des achats de Noël approche, de plus en plus d'enseignes proposent elles-mêmes des codes de réduction sur leur produits. Ils sont à disposition des internautes. Une personne sur deux s'en sert, selon l'institut YouGov. Plusieurs sites se sont spécialisés dans ce secteur. «Ce sont les sites marchands qui nous contactent directement. On négocie avec eux des codes promotionnels en échange de visibilité sur notre site», explique Astrid Cenevet, directrice communication Europe de RetailMeNot, qui édite notamment ma-reduc.com. Le site côté en Bourse rapporte chaque année 4,4 milliards de dollars à ses commerçants à travers le monde. En plus des newsletters et des mises en avant sur les réseaux sociaux, les produits bénéficiant de promotions spéciales sont classés par boutiques mais peuvent aussi l'être par catégories. Ce qui permet au client de naviguer facilement et de pouvoir comparer les enseignes en ayant tout à sa portée sur un même écran. De quoi faire découvrir des marques à de nouveaux clients.

Le site CupoNation, qui existe depuis seulement un an, affiche quant à lui les sites partenaires qu'il a su attirer dans son réseau. «Ce sont des médias avec un très fort trafic et surtout une certaine influence», détaille Denis Houdet, directeur général de CupoNation France. La société a créé une marque blanche pour le groupe Altice qui diffuse ainsi les marques sur l'ensemble de ses sites et applis mobiles. Mais l'enseigne spécialisée dans le code de réduction peut aussi compter sur des blogueurs influents comme Azzed ou Noholita. «Ça nous coûte rien. Chacun est content de bosser l'un avec l'autre», confie Denis Houdet.

Une deuxième chance pour le vendeur de déclencher l'achat

Les commerçants ont tout à y gagner. C'est de la publicité qu'ils ne paient qu'en fonction de leur chiffre d'affaires. De plus, le marchand bénéficie de conseils d'experts qui travaillent pour les sites de couponing. Ils peuvent donc définir leurs critères de distribution en fonction de leurs cibles. Cela se traduit par un nombre limité de coupons, leur durée de validité etc. Cet outil offre une seconde chance au vendeur pour convaincre le client tenté. C'est à chacun de prendre l'initiative de rechercher ou non un code promo pour les boutiques en ligne. Les plus grosses réductions concernent des produits de mode, de cosmétique et de voyage. «Des secteurs où la marge réalisée est importante», commente Astrid Cenevet de RetailMeNot.

D'autant que le comportement d'achat a beaucoup évolué sur Internet. Les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux prix et comparent systématiquement les différents marchands. «Alors que sept paniers sur dix ne sont pas finalisés, la gratuité est un bon moyen pour déclencher le paiement», affirme un commerçant du web. Les vertus du coupon sont durables. Quatre client sur cinq ont un avis positif sur ces marques et sont susceptibles d'en parler à un ami, selon un sondage Forrester.

L'impact des soldes en berne

Tous les sites du genre se rémunèrent grâce à une commission prélevée sur les transactions à hauteur de 4 à 7% en moyenne. «Cela dépend vraiment du marchand. Les commissions sont basses pour les produits high tech car leurs distributeurs ont des marges très serrées, par exemple», explique le dirigeant de CupoNation.fr. Les tarifs varient aussi en fonction de la notoriété du commerçant. «De gros sites comme Amazon n'ont pas tellement besoin de visibilité. On est moins en mesure de négocier. À l'inverse, un site qui vient de se lancer va nécessiter beaucoup de visibilité» avec un prix conséquent, note-t-il encore.

De plus en plus, ces sites s'auto-alimentent via leurs membres grâce à des forums hébergés en interne. Une communauté qui n'hésite pas à échanger des bons plans trouvés ailleurs sur le net. Encore une fois, cela ne coûte rien à personne, au contraire. Selon une étude de CCM Benchmark, 84% des Français pensent qu'un produit sans réduction est vendu trop cher. De plus, 9 consommateurs sur 10 s'estiment très satisfaits de leurs produits achetés avec réduction. «On voit bien que les soldes traditionnelles ont de moins en moins d'impact sur les ventes. Ces promotions sont pour tout le monde alors qu'avec les coupons, il y a un aspect gratification qui flatte», analyse un spécialiste du e-commerce. Parce qu'un consommateur pense en terme de marque plus qu'en canal, de plus en plus de coupons téléchargés sur smartphone sont désormais utilisables en magasin de la même façon que sur un écran.

Après le couponing, le modèle du «cash-back» émerge actuellement en France. Comme son nom l'indique, la réduction ne se fait cette fois pas en amont. Mais une fois le produit acheté. Encore peu connu en France, il est beaucoup plus populaire aux États-Unis et outre-Manche. Le choix de ce modèle dépend de la stratégie marketing du commerçant. Il vise davantage les catégories très avisées CSP+ avec des produits exclusifs. Ce système permet d'instaurer une logique de fidélité chez le client qui cumule en consommant.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9667828 le mardi 3 nov 2015 à 09:15

    En premier aux sites qui font la promo des bons de réductions ou de cash qui se gavent à peu de frais. Et au final c'est le consommateur qui paye, car le commerçant aura augmenté sa marge au départ, afin de pouvoir faire une réduction au client, surtout si il doit donner 7% de commission en plus au site qui assure la promotion.