A qui le dernier ticket pour la C1 ?

le
0
A qui le dernier ticket pour la C1 ?
A qui le dernier ticket pour la C1 ?

Voilà les huit dernières journées de Serie A qui arrivent. Si la première place se jouera entre le Napoli et la Juventus, la bataille fait aussi rage juste en dessous. Un ticket pour la Ligue des champions, trois équipes : Roma, Inter et Fiorentina. Pronti, partenza, via !

La trêve internationale est passée, chaque joueur a pu rejoindre son club, le sprint final peut donc commencer. Laissons pour une fois les vedettes tranquilles, cette Juventus et ce Napoli qui se livrent un combat sans merci chaque semaine pour le Scudetto. Ce qui se passe juste en dessous est tout aussi important, puisqu'il s'agit d'arracher le troisième poste, accordant le dernier ticket pour la Ligue des champions. Une seule place pour trois clubs qui se tiennent en cinq malheureux points : une Roma (60 pts) qui a remonté la pente avec un Luciano Spalletti très dur, mais juste dans sa manière de travailler, une Inter (55 pts) qui a arrêté les victoires 1-0 et qui semble enfin avoir trouvé son style de jeu, ainsi qu'une Fiorentina (55 pts) à bout de souffle après avoir monté deux par deux les escaliers du classement jusqu'en fin d'année civile. Pour le moment, c'est la Roma qui a l'avantage, par rapport aux points, mais aussi à la forme. Néanmoins, il ne faut pas omettre plusieurs facteurs qui font vite dégringoler au tableau. Et Dieu sait qu'on dégringole vite en Italie…


Spalletti et sa meute de loups affamés



Depuis que Luciano Spalletti a repris sa chère et tendre Roma des mains de Rudi Garcia qui stagnait, voire régressait après pourtant deux bonnes années, les Giallorossi pètent la forme. Il suffit de regarder les chiffres : après un démarrage un peu difficile, l'entraîneur toscan est parvenu à offrir une chaîne de huit victoires de rang conclue il y a deux semaines avec un partage contre l'Inter. D'ailleurs, les Romains ont peut-être encore les moyens d'aller embêter les Napolitains et les Juventini, même si l'objectif premier est surtout d'obtenir ce fichu ticket pour la C1. Forte de son trio de feu El Shaarawy-Perotti-Salah, la Roma plante des buts à la pelle, surtout grâce à son Pharaon qui fournit un travail exceptionnel, autant derrière l'attaque que devant. Car ce n'est pas un hasard s'il a marqué à cinq reprises et délivré deux passes décisives depuis son retour en Italie. Dans son 4-3-2-1, Spalletti arrive même presque à réveiller Edin Džeko, qui a planté quatre roses pour trois passes dé, alors qu'il n'en touchait pas une depuis le lancement du championnat. Ce n'est toujours pas ça, vu ses nombreux ratés, mais il est devenu…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant