À quand la revanche de Séville 82 ?

le
0
À quand la revanche de Séville 82 ?
À quand la revanche de Séville 82 ?

Match amical ce soir à Saint-Denis contre l'Allemagne. Les Bleus peuvent-ils gagner et redorer leur blason après cette histoire de sextape ? On s'en fout. Les matchs amicaux contre l'Allemagne ne comptent pas. Seule une belle victoire contre la Mannschaft en compète officielle aurait de la gueule. Histoire d'oublier pour de bon 1982 et 1986…

Bleus Suède Choux


57 ans… Depuis 1958, la France n'a plus battu l'Allemagne en compète officielle ! Ni à la Coupe du monde. Ni à l'Euro. Ni en Coupe des confédérations (si, si ! Ça compte). Ni en éliminatoires officielles. Même pas en rêve, quoi ! Et là, on parle des internationaux masculins qui jouent en A. Alors ne ramenez pas vos stats moisies des sélections de jeunes (les U20, U18, U17, U16, U15, U14… U2 ?) et oubliez les Bleues A féminines. Et puis quand on dit "l'Allemagne", on parle bien sûr de la RFA et de l'Allemagne d'après le mur de Berlin 1990. La RDA, ça compte pas ! Donc, on n'a pas battu l'Allemagne "en vrai " depuis le samedi 28 juin 1958. Doux souvenir… C'était le match pour la troisième place de la Coupe du monde en Suède, et nos gentils Bleus avaient battu les Boch… euh, les Allemands 6-3. Just Fontaine avait mis quatre pions, portant son total au Mondial à 13 buts, record jamais égalé. Pour la petite histoire, Justo avait laissé Kopa transformer le péno du 2-1. S'il l'avait tiré, il aurait fini à 14 buts. Mais ça, c'est du passé très lointain, et Helmut Schmidt aura pu quitter ce monde mardi à 96 ans en père peinard ("Ach ! Je meurs content… Die Franzosen n'ont pas battu notre Nationalmannschaft depuis… depuis… dep… aaaaarrhhhhhhh").

Autre période de lose : 33 ans… Depuis 1982, on rumine la défaite de Séville. Schumacher et Hrubesch hantent encore nos cauchemars. Demandez à ce pauvre Didier Six ! Après cette demie maudite, il a failli être tondu à cause de son péno raté… Séville ne passe toujours pas.

Match de légende (1er) : Séville, c'est la vie
Quatre ans plus tard, au Mundial mexicain, on avait retrouvé les Allemands. Toujours en demies. Après les quarts magnifiques contre le Brésil, les Bleus étaient favoris. Avec notre carré magique (Platoche-Giresse-Tigana-Fernandez), on allait voir ce qu'on allait voir… On tenait notre revanche : "L'Allemagne paiera !" Comme en 1918. Que dalle ! Un 2-0 sec et nos yeux pour pleurer. Kaiser Franz, sélectionneur bronzé comme un touriste allemand à Biscarosse, avait gentiment ironisé : " Le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant