A Phoenix, l'été à 45 °C

le
0
Le 20 juin à Phoenix en Arizona.
Le 20 juin à Phoenix en Arizona.

La capitale de l’Arizona et ses habitants doivent s’adapter à des températures de plus en plus élevées.

A ce stade, la chaleur devient difficile à décrire. « C’est comme le souffle d’un sèche-cheveux dans la figure », avance Marco Pellegrini, un analyste financier arrivé depuis peu à Phoenix. « Comme quand on préchauffe le four et qu’on l’ouvre pour enfourner le gâteau », détaille Julia, 24 ans, son épouse.

La ville de Phoenix, capitale de l’Arizona, est traditionnellement l’une des plus chaudes des Etats-Unis. Cet été, le thermomètre a été particulièrement impitoyable. Entre le 2 et le 29 juillet, il n’y a pas eu une journée sous les 45,5 °C. Le 21 juin, il faisait 47,7 °C, un record pour cette date (frôlant le record absolu de 50 °C, le 26 juin 1990). Les températures prévues samedi 10 septembre devraient encore atteindre les 40 °C.

Selon la NASA, le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré sur la planète. Les scientifiques estiment que l’année devrait battre le record de 2015. Surtout, les périodes caniculaires durent de plus en plus longtemps. D’ici à la fin du siècle, les experts prévoient que le nombre de jours où la température atteindra 40 °C va fortement augmenter dans l’ensemble du pays. Des régions qui ne connaissaient pas ce genre de phénomène, comme l’Illinois ou le Minnesota, vont être affectées.

« On ne promène plus son chien » « Nous allons connaître des années avec des vagues d’extrême chaleur beaucoup plus longues, avec des températures avoisinant 50 °C », anticipe Jonathan Overpeck, climatologue à l’université de l’Arizona à Tucson, et coo...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant