A Paris, une radio syrienne promet une couverture indépendante

le
1

PARIS (Reuters) - Radio Rozana, une radio syrienne promettant une couverture indépendante de la guerre civile qui a fait plus de 100.000 morts depuis mars 2011, dont 80 représentants des médias, a été lancée mercredi à Paris par des journalistes syriens.

Le régime de Damas et les rebelles se livrent à une guerre de propagande à la télévision, sur les ondes et sur internet pour renforcer leurs positions à l'heure où le conflit entre dans sa troisième année sans qu'aucune accalmie ne semble se dessiner.

Depuis le début du conflit, le régime du président Bachar al Assad impose des restrictions draconiennes aux médias internationaux et indépendants, rendant toute information en provenance du terrain en Syrie difficile à vérifier.

Une situation que Radio Rozana, gérée par une équipe de cinq journalistes syriens à Paris, espère bien faire évoluer en diffusant des informations collectées par ses 30 correspondants présents sur l'ensemble du territoire syrien.

"Pendant des années, nous avons été dans l'ombre d'une dictature médiatique", souligne la rédactrice en chef de Radio Rozana, Lina Chaouaf. "Il est très difficile pour les journalistes en Syrie de rompre (avec cette dictature) mais la révolution syrienne s'est faite au nom de la liberté d'expression."

"La priorité est d'entendre la voix des Syriens présents en Syrie. Ils souffrent et ils sont tués chaque jour. Nous voulons les soutenir", ajoute-t-elle.

La radio est financée par Canal France International (CFI), une agence financée par le ministère des Affaires étrangères et l'IMS, l'international media support au Danemark. Elle reçoit également le soutien financier de l'ambassade de France en Syrie.

Rozana commencera à émettre par satellite et en arabe trois heures par jour, a indiqué Lina Chaouaf. Elle est pour l'heure accessible en ligne sur le site www.rozana.fm.

Les journalistes, qui sont pour la plupart des militants âgés d'une vingtaine d'années, ont suivi une formation dispensée par Reporters Sans Frontières dans le sud de la Turquie. Ils sont présents dans l'ensemble du pays, y compris dans les zones contrôlées par les forces fidèles à Bachar al Assad et conserveront l'anonymat pour des raisons de sécurité.

Depuis le début du conflit syrien, plusieurs anciens journalistes de la presse officielle syrienne, dont Ola Abbas qui a présenté pendant 15 ans le journal à la radio-télévision d'Etat, ont trouvé refuge en France.

La France, qui a été le premier pays occidental à reconnaître la coalition de l'opposition syrienne comme "le seul représentant légitime du peuple syrien", assure que Rozana n'a pas vocation à être la porte-voix des militants anti Assad.

John Irish, avec Marine Pennetier, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le mercredi 26 juin 2013 à 23:06

    Ça promet une info mironton!