À Paris, un terrain de basket multicolore coincé entre deux immeubles

le
0

REPORTAGE - Des formes géométriques et des couleurs vivent font de ce terrain de basket un lieu unique à Paris, à deux pas de la place Pigalle. Découverte.

Après la superbe et très pittoresque rue Crémieux (XIIe), que nous avons baptisée - peut-être un peu présomptueusement! - la rue la plus colorée de Paris, et le vif enthousiasme que cela a suscité, nous avons décidé de vous faire découvrir un autre endroit de la capitale, qui est au moins aussi coloré que la rue Crémieux que nous vous avons fait visiter... Il s’agit du terrain de basket - ou playground, si l’on parle à l’américaine - situé au 17 rue Duperré, entre Saint-Georges et Pigalle, dans le IXe arrondissement. Menacé de fermeture, il a subi une transformation totale... et colorée!

En ce jeudi matin ensoleillé, aux alentours de 10 heures, pas un basketteur n’est venu prendre quelques tirs matinal et tâter le cuir du ballon au square «Pigalle Duperré», comme indiqué en grosses lettres blanches au centre du terrain. Idéal pour prendre quelques photos. Moins idéal en revanche, les quelques détritus laissés par les derniers joueurs de la veille. Le problème est vite réglé. Coincé entre deux immeubles d’une toute petite rue, le terrain pourrait passer inaperçu s’il n’y avait pas, sur le sol et les murs, des formes géométriques de taille variable et multicolores. En tirant le trai, ce terrain de basket ferait presque penser à une peinture de Mondrian!

Un terrain «atypique»

Dans un premier temps, une fois installé au milieu du terrain, on est surpris par une chose: les murs et le sol se confondent. Comment trouver ses repères et se concentrer dans un endroit pareil? Pis, comment viser convenablement l’arceau sans être perturbé par les vives couleurs qui sont derrière le panneau en plexiglass? Mais au bout de quelques minutes d’observation et de balade sur place, on finit par s’habituer aux formes et aux angles. On apprivoise l’environnement. À 10h37 le premier joueur arrive, seul. Casque sur les oreilles et des «Air Jordan» aux pieds.

Dire que cet espace aurait pu disparaître... «Au sol, nous avons installé une gomme en caoutchouc recyclé qui absorbe le bruit du ballon. Des pétitions demandant la fermeture du TEP ont circulé. Il fallait convaincre la mairie d’arrondissement du bien-fondé de notre projet», précisait le mois dernier à Télérama Vincent Le Thuy. L’objectif était de «construire le meilleur playground de Paris en tenant compte des spécificités de ce terrain atypique, dont les dimensions ne sont pas réglementaires.» Atypique. Avec ses nouvelles couleurs, le square Pigalle Duperré l’est assurément. À découvrir, pour les amoureux du basket-ball, comme pour les curieux.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant