À Paris, un studio neuf se vend en moyenne 279.000 euros

le
0

Le prix des appartements neufs à Paris est remonté lors des six derniers mois, selon le dernier baromètre du site spécialisé, Trouver-un-logement-neuf.com. Une tendance qui concerne surtout les petites surfaces.

Il n’y a pas que l’ancien qui s’emballe dans la capitale, les prix du neuf remontent également à Paris, à en croire le dernier baromètre de Trouver-un-logement-neuf.com, site consacré à l’immobilier neuf. Les acheteurs risquent de faire un peu grise mine, surtout ceux qui cherchent à s’offrir une petite surface. Car, même si la tendance haussière concerne quasiment tous les types de logements, ce sont essentiellement les prix des studios qui ont fortement progressé ces six derniers mois à Paris: +7,5%.

Une évolution due à la forte demande des investisseurs qui profitent des avantages fiscaux de la loi Pinel mise en place en septembre 2014. La part des appartements neufs vendus aux investisseurs serait ainsi passée de 30/40% en 2013, date de l’entrée en vigueur de la loi Duflot, à 50/60% aujourd’hui. Or, le rendement des petites surfaces est souvent plus intéressant que celui des grandes. Il est vrai aussi que sur ce marché du neuf parisien l’offre est très limitée et les variations de prix peuvent être très brutale. Il suffit que les derniers programmes soient plus luxueux que les précédents et l’on risque de comparer des biens de nature différente.

Pour vous offrir un studio parisien, il vous faudra désormais débourser, en moyenne, quelques 279.000 euros contre un peu plus de 259.000 euros en avril dernier. Idem pour les deux-pièces (+2,5% à 454.000 euros en moyenne) et trois-pièces (+3,5% à 672.000 euros). À l’inverse, les grandes surfaces, qui, outre leur prix absolu plus élevé, offrent généralement un rendement locatif moindre, ont vu leur prix soit quasiment stagner (+0,4% pour les quatre-pièces, à un peu plus d’un million d’euros), soit fortement chuter (-14,5% pour les cinq-pièces et plus, à près d’1,3 million d’euros).

La prédominance des Hauts-de-Seine

Côté arrondissement, c’est le XIVe qui affiche le prix moyen le plus élevé, selon Trouver-un-logement-neuf.com: 766.500 euros pour acquérir un trois-pièces, considéré par le site comme la surface de référence. Les prix des trois-pièces sont jugés plus stables que ceux des studios et des T2, qualifiés de plus aléatoires et trop dépendants de la demande des investisseurs. Les XIXe et XXe, quant à eux, sont accessibles à un prix avoisinant les 515.000 euros.

En Ile-de-France, sans grande surprise, les villes les plus chères, derrière Paris, restent les principales communes du département des Hauts-de-Seine (92): Boulogne-Billancourt (606.000 euros), Issy-les-Moulineaux (553.000 euros), Levallois-Perret (537.000 euros) ou encore Puteaux (464.000 euros), pour un trois-pièces neuf. La ville la plus abordable est Trappes dans les Yvelines (174.500 euros). On retrouve derrière Montfermeil (93; 179.000 euros), Vert-Saint-Denis (77; 181.000 euros), Mantes la Ville (78; 185.500 euros) et Meaux (77; 186.000 euros).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant