A Paris, louer sur Airbnb rapporte 2,6 fois plus qu'une location classique

le
5

CONTENU INTERACTIF - Selon une étude du JDN et du réseau MeilleursAgents, un appartement de 30 m² peut rapporter 23.000 euros par an en location touristique contre 8820 euros pour une location classique.

La location touristique via Airbnb peut devenir un business lucratif, tout le monde s’accorde à le reconnaître. Le Journal du Net (JDN) et MeilleursAgents ont voulu préciser cette perception en comparant les revenus générés par la location via la plateforme Internet aux recettes issues de la location classique. Il en ressort que la location touristique dans la capitale rapporte en moyenne 2,6 fois plus qu’une location longue durée traditionnelle. Un chiffre qui peut même monter jusqu’à 3,5 fois plus dans le quartier le plus lucratif: celui de Notre-Dame (contre 3,3 à Saint Germain l’Auxerrois et 3,2 autour du quartier Elysées-Madeleine et d’une bonne partie des Ier et IIe arrondissement).

De solides revenus potentiels pour les 35.000 annonces Airbnb disponibles pour la seule ville de Paris, d’après Inside Airbnb. Des chiffres bien supérieurs aux 3600 euros annuels qu’engrangerait un hôte Airbnb selon le Sénat. Il faut cependant noter que les calculs du JDN ne concernent que les studios et deux-pièces de moins de cinquante mètres carrés et prennent en compte un taux d’occupation de 85%. Il s’agit là d’un chiffre maximum et surtout d’un chiffre qui interdit la location d’une résidence principale.

On ne peut louer sa résidence principale qu’une dizaine de jours par mois

Vu la difficulté à louer légalement une résidence secondaire en effectuant un changement d’affectation, il s’agirait donc très largement de locations illégales. Pour rappel, il est parfaitement autorisé de louer sa résidence principale jusqu’à quatre mois par an, soit une petite dizaine de jours par mois en moyenne. Dans ce cas-là, les recettes sont bien moindres. Par ailleurs, les tarifs des locations saisonnières ont sensiblement baissé depuis les attentats de Paris et Saint-Denis en novembre dernier alors que l’étude s’appuie sur les chiffres de septembre 2015.

L’étude révèle néanmoins qu’un appartement de 30 m² pourrait rapporter près de 23.000 euros par an, à raison de 763 euros du mètre carré. Par comparaison, selon les chiffres de l’observatoire Clameur, le même logement ne rapporterait que 8820 euros pour une location traditionnelle (avec un taux d’occupation de 83% tenant compte du taux de mobilité résidentielle des locataires parisiens). Ainsi, il suffirait de louer son logement douze jours via Airbnb pour empocher l’équivalent d’un mois de loyer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mercredi 30 mar 2016 à 17:25

    Vaut-il mieux enchaîner les locations court-termes avec les frais de remise en état et des périodes de vacance, ou bien une location long-terme avec loyer qui tombe (presque) tous les mois? Laissez les proprios faire leur choix librement, le marché se régulera de lui-même.

  • sibile le mercredi 30 mar 2016 à 15:37

    et en plus c'est illégal ; beaucoup de ces locations saisonnières à Paris contreviennent à la loi

  • ericlyon le mercredi 30 mar 2016 à 15:13

    Pour Airbnb je ne connais pas mais je suppose que de la même façon il s'agit d'un rendement hypothétique que personne n'atteint jamais et qui ne tient pas compte ni des risques de dégradations, d'impayés, de non occupation, ... et ne prend pas en compte le temps consacré aux entrée sorties par le propriétaire.

  • ericlyon le mercredi 30 mar 2016 à 15:10

    Qu'est ce que veut dire rapporter pour l'auteur de cet article. Normalement le rapport est la différence entre les revenus et les coûts dans ce cas ce n'est certainement pas le montant annoncé. A Paris si on tient compte de tout les frais, impôts, risques, réparations, . il n'y a aucun rapport sur une location classique pour lesquelles la plupart des propriétaires perdent de l'argent.

  • M7093115 le mercredi 30 mar 2016 à 14:51

    Evidemment on ne va pas attendre d' un réseau d' agence immo qu' il défende air b'n b un concurrent très redoutable.....Oublient de dire que ces locations temporaires entraînent des frais très lourds ( nettoyage, changement de literie , surveillance.....)