À Paris, les prix de l'immobilier se rapprochent de leurs niveaux records

le
1

Les particuliers veulent profiter des taux bas. Au troisième trimestre, les transactions immobilières ont beaucoup progressé selon les notaires qui constatent une hausse des prix de 1,2% en un an en France et de 3,6% à Paris.

Les prix immobiliers repartent nettement à la hausse. Au troisième trimestre, ils ont progressé dans l’ensemble de la France pour la troisième fois consécutive, mais cette fois de façon plus marquée. Les biens immobiliers se sont vendus 1,7% plus cher qu’au 2eme trimestre (après +0,6% au trimestre précédent) dans le contexte d’un marché très dynamique.

Encouragés par des taux de crédits immobiliers historiquement bas, un nombre plus de plus en plus important de ménages s’est en effet décidé à passer à l’achat. Les notaires ont enregistré 838.000 transactions sur un an septembre, contre 755.000 un an plus tôt. Un volume de ventes qui dépasse les niveaux historiques de 2006 et début 2012. Pour les notaires, le marché immobilier confirme ainsi sa relance amorcée au printemps 2015. «Cette amélioration a comme corollaire une hausse des prix», constatent-ils.

» Remontée des taux immobiliers: info ou intox?

Cette évolution est particulièrement marquée à Paris, qui fait souvent figure de précurseur de l’évolution des prix dans l’Hexagone. Dans la capitale, les volumes de transactions ont également atteint des niveaux élevés, comparables aux années fastes de la période 1999-2006. Ce sont 10.000 ventes qui ont été conclues entre juillet et septembre, soit 11% de plus que le trimestre précédent.

Les taux de crédit remontent

Les prix ont fini par s’en ressentir. À 8300 euros le m2 en moyenne, ils ont progressé de 3,6% sur un an et de 1,2% par rapport au trimestre précédent. Une hausse qui reste mesurée «car elle provient d’une inversion de tendance observée récemment», soulignent les notaires. Mais les dernières promesses de vente signées font craindre une hausse plus marquée dans les mois qui viennent.

En janvier prochain, les prix pourraient ainsi tutoyer les 8500 euros le m2 (8490 /m2) dans la capitale, un niveau jamais atteint jusqu’à présent. La variation annuelle atteindrait alors 6,2% et la baisse des prix constatée de 2012 à 2015 sous l’effet d’une conjoncture plus morose serait ainsi complètement effacée. Comme à chaque mouvement de hausse des prix, les prix se resserrent par ailleurs entre les arrondissements parisiens. Seuls cinq arrondissements sont désormais accessibles à moins de 8000 euros le m2 en moyenne.

Cette hausse des prix se répercute progressivement au-delà de la capitale. En petite couronne, les prix ont grimpé de 2,2% sur un an et de 1,1% en grande couronne pour les appartements. La hausse est légèrement plus marquée pour les maisons. Cela «met une nouvelle fois en exergue le manque structurel d’offres de logements en Ile-de-France qui se produit quand le marché revient vers des niveaux d’activité soutenus», relèvent les notaires. Mais cette évolution pourrait se ressentir de façon plus marquée dans toute la France, tant les évolutions parisiennes font traditionnellement tâceh d’huile par la suite dans l’ensemble de l’Hexagone.

L’évolution des prix dans les mois à venir dépendra cependant en grande partie de l’évolution des taux, qui soutiennent ce dynamisme retrouvé du marché immobilier. Au printemps 2015, une légère hausse des taux avait provoqué un rebond des transactions, poussant les ménages à passer à l’action. La hausse des taux qui devrait intervenir dans les semaines qui viennent pourrait avoir le même effet et renforcer la tendance à la hausse des prix. D’autant plus que les taux devraient rester historiquement bas en 2017 et continuer à solvabiliser les acheteurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 il y a 11 mois

    Des prix records pour une ville entourée de banlieues parfois louches, où on peut se faire voler en prenant l'A1... On ne va plus plus parler de bobos mais de gogos.