À Paris, le grand argentier d'Obama salue les réformes françaises et critique l'Allemagne

le
0
En tournée en Europe, le secrétaire au Trésor Jack Lew s'est fait l'avocat d'un soutien de la demande.

Le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, se serait bien passé de cette mauvaise publicité. Alors même qu'il recevait son homologue américain, le secrétaire au Trésor Jack Lew, les deux dirigeants de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord étaient toujours séquestrés par les syndicats. Le ministre n'a pas souhaité s'exprimer sur le cas de cette entreprise américaine... mais a quand même profité de la présence de Jack Lew pour vanter l'attractivité de la France. Rappelant que les Américains sont, de loin, les premiers investisseurs étrangers en France - avec 4000 entreprises présentes sur le territoire employant 440.000 salariés.

Halte à Lisbonne

Pierre Moscovici en a profité pour épingler à son tour Newsweek pour son article sur «la chute de la France» - «un French bashing qui a provoqué une hilarité générale, tellement plein de contre-vérités». B...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant