À Paris, l'encadrement des loyers ne décourage pas les investisseurs

le
5

Pour un investisseur sur cinq, Paris et Bordeaux restent les deux villes les plus attractives pour réaliser un investissement locatif, dévoile un sondage OpinionWay. Elles sont talonnées par Nantes et Lyon.

L’encadrement des loyers à Paris ne décourage nullement les investisseurs, qui voient toujours dans la pierre de la capitale «un investissement rassurant et de long terme», en dépit de prix élevés qui érodent sa rentabilité, selon une enquête d’opinion. Bordeaux et Paris sont les villes les plus attractives pour réaliser un investissement locatif, estime un investisseur sur cinq (respectivement 21% et 20%), selon un sondage Opinion Way pour le réseau immobilier Guy Hoquet, publié mercredi.

Suivent Nantes (18%), Lyon (17%), Toulouse (17%) et Montpellier (16%) plébiscitées à des niveaux similaires. En un an, la capitale remonte ainsi de la 5e à la 2e place du palmarès des villes où investir, alors qu’elle n’est pas la meilleure métropole «en termes de rentabilité, au vu de ses prix élevés», commente Fabrice Abraham, directeur général de cette filiale du groupe Nexity, cité dans le communiqué.

«Nous pouvons supposer que l’effet Brexit, qui risque de fragiliser le marché londonien, va renforcer cette confiance», prédit-il. Et ce, en dépit de l’encadrement des loyers en vigueur depuis août 2015, un dispositif accusé par les professionnels de l’immobilier (Fnaim, Unis, Plurience) de «rompre la confiance de l’investisseur» et d’avoir des «conséquences ravageuses» sur le marché.

Très forte demande à Lyon

Les investisseurs voient donc «toujours dans la pierre parisienne un investissement rassurant et de long terme», observe Serge Bussat, agent immobilier Guy Hoquet à Paris. «Il s’agit d’un marché tendu et dynamique, marqué par une forte demande et un manque d’offre, qui assure aux investisseurs de louer leur bien», explique-t-il. De son côté Bordeaux demeure pour la deuxième année consécutive la ville la plus attractive pour réaliser un investissement locatif grâce à «son dynamisme», à «la mutation qui s’y opère depuis dix ans et la qualité de vie qu’elle offre», commente le réseau.

Nantes bénéficie d’un «dynamisme culturel et économique, de sa politique des transports, ainsi que la proximité avec Paris et la mer», tandis que Lyon profite d’une «forte demande due à l’attractivité économique et à la mutation de quartiers comme Confluence». Le sondage a été réalisé du 14 au 16 mars, par internet, auprès d’un échantillon de 1.015 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 6 mois

    Les investisseurs misent sur l'abrogation de la loi ALUR en 2017.

  • gglafont il y a 6 mois

    7% à 8% de frais d'acquisition plus 3 à 5% de commission d'agence sur un marché stable ça devrait être très dissuasif...

  • gglafont il y a 6 mois

    Il y a toujours de nombreux petits investisseurs locatifs qui se font rouler dans la farine. Par contre il n'est pas surprenant qu'il y ait des investisseurs étrangers car Paris n'est pas très cher pour une résidence secondaire.

  • sibile il y a 6 mois

    la rentabilité locative à Paris étant nulle, voire négative, si il y a des investisseurs qui aiment perdre de l'argent, libre à eux !

  • ericlyon il y a 6 mois

    Comme je l'ai déjà dit en réaction à la première parution de cet article, investir en locatif à paris c'est peut-être intéressant pour les constructeurs qui vendent du rêve mais sûrement pas pour les futurs bailleurs. Bailleurs qui perdaient déjà de l'argent avant le blocage et et les nouvelles taxes et qui donc en perdront de plus en plus.