À Paris, dans le sillage de la brigade fluviale

le
0
Toujours en crue, la Seine donne beaucoup de travail aux policiers des eaux. Nous sommes partis en patrouille avec eux, mercredi, dans la capitale.

Boum! Le remorqueur L'Ile-de-France, fleuron de la brigade fluviale, vient de heurter quelque chose. «On a dû prendre un tronc d'arbre », soupire le pilote. «Regarde s'il n'y a personne derrière et entame un 360 degrés», lui intime son supérieur. «Peut-être va-t-on apercevoir de quoi il s'agit.» Mais rien en vue. «La crue de la Seine, montée jusqu'à 3,50 mètres le 9 janvier, a charrié beaucoup d'objets jetés à l'eau, ainsi que de nombreuses branches et troncs d'arbres pourris», éclaire le brigadier-chef Carlos Cerqueira. «On intervient sur les plus gros pour les enlever.»

En cette matinée froide et ensoleillée, l'échelle du pont d'Austerlitz indique encore 2,20 mètres. «La Seine est considérée en crue à partir de 1,60 mètres», précise le brigadier-chef de la fluviale. Une unité de la Préfecture de police qui regroupe 104 agents, dont une dizaine de femmes. Parmi eux, 70 plongeurs, des sonaristes et des pilotes.

Au plus fort de la montée des eaux,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant