A Notre-Dame-des-Landes, les opposants mobilisent face aux menaces d'expulsion

le
0
Dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 9 septembre.
Dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 9 septembre.

Les opposants au projet d’aéroport se sont donnés rendez-vous, samedi, dans la zone occupée, qui vit au rythme des rumeurs d’évacuation depuis le référendum perdu de juin.

Sur les routes qui coupent la ZAD, la « zone à défendre », au sud du village de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), des dizaines de voitures, de camions ou de camping-cars encombrent déjà les bas-côtés. Ce vendredi 7 octobre, au soir, les Fosses noires, les Vraies Rouges, les Planchettes… tous les lieux de vie et de résistance des occupants au projet d’aéroport semblent avoir fait le plein de militants.

Mais c’est surtout à la ferme de Bellevue, haut-lieu de la lutte, que l’on s’active le plus. C’est là que samedi, des milliers de personnes – les plus optimistes espèrent compter des dizaines de milliers – doivent converger à l’occasion d’une nouvelle manifestation nationale contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à l’invitation des zadistes, des agriculteurs résistants historiques, et du collectif d’associations qui anime la lutte.

Trois cortèges venus du sud de la ZAD doivent rejoindre la ferme où se dérouleront prises de parole et concerts. Un hangar doit y être monté, pour accueillir, plus tard, des réunions ou stocker des vivres et du matériel. Quatre-vingt charpentiers bénévoles ont déjà construit les divers éléments de la structure.

Le « chant des bâtons » En baptisant cette initiative « le chant des bâtons » – bâton de pèlerin, de berger ou bâton d’autodéfense – que chaque participant est invité à apporter et à laisser sur place pour servir le jour où les forces de l’ordre pénétreraient sur la zone, les zadistes affichent leur volonté de défe...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant