À Noël, les Français veulent une assiette «Made in France»

le
3
D'après un sondage, 78% des Français veulent un repas de fêtes made in France. Pour répondre à la demande, Delpeyrat s'apprête à ouvrir la plus grande usine de production de foie gras au monde dans les Landes.

Le «made in France» est à la fête. D'après un sondage Ipsos pour France Bleu paru ce mardi, plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu'elles seraient cette année «plus sensibles» à l'origine locale ou française de leurs achats de Noël. Un chiffre qui atteint des sommets quand il s'agit du sacro-saint repas de Noël: 78% des Français trouvent «important» que leurs repas de fête soient composés de produits d'origine française. Produit phare de cette assiette made in France: le foie gras.

Et pour répondre à cette demande, la marque Delpeyrat, propriété du groupe Maïsadour et numéro deux du marché, va inaugurer en 2013 la plus grande unité de production de foie gras au monde. À l'usine de Saint-Pierre-Du-Mont dans les Landes, 10.000 m² viendront compléterla surface actuelle de 25.000 m². Principal objectif de cet agrandissement, la création d'une nouvelle salle blanche de démoulage des foie gras conservés afin de répondre à la demande liée aux fêtes de fin d'année.

Car comme l'explique Frédéric Oriol, directeur industriel de Maïsadour, «la production de produits semi-finis (bocaux, barquettes) est passée de 200 tonnes en 2005 à 1000 tonnes en 2012». Autant dire que l'usine était arrivée à saturation dans sa configuration actuelle. Grâce à ce projet, le groupe prévoit dans l'immédiat une embauche de 70 à 100 personnes, qui pourra aller en augmentant en fonction des volumes produits.

Un marché qui ne connaît pas la crise

Selon le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), les producteurs ne devraient pas connaître de mauvaises surprises cette année: depuis janvier dernier, les ventes sont stables en volume, et ont augmenté de 8% en valeur, une répercussion partielle de la hausse de 15% des coûts de production due à la flambée du prix des céréales utilisées pour le gavage des canards et des oies.

Les exportations connaissent tout de même un recul de 8% en valeur sur les sept premiers mois de l'année, notamment en raison de l'effondrement du marché espagnol (-19%), première destination à l'export. Cette baisse est partiellement compensée par la croissance de marchés plus lointains, comme le Japon (+11%), deuxième pays importateur de foie gras, la Russie (+13%), qui ouvre progressivement son marché, ou encore le Qatar (+605%). L'Asie du Sud-Est, bien qu'en retrait cette année, demeure la région la plus dynamique concernant les exportations, alors que tendent à s'affirmer de nouvelles destinations en Amérique, comme le Brésil ou le Méxique.

Pour la marque Delpeyrat, sur les 250 millions de chiffre d'affaire annuel liés à la production de foie gras, 15% sont effectués à l'export. Des produits reconnus à l'étranger comme dans l'Hexagone grâce à une production estampillée «100% France». «Un label qui se différencie du simple "produit en France"», nous explique Frédéric Oriol, «car dans notre cas la totalité de la chaîne de production est située sur le territoire français, de la fourche à la fourchette». Une stratégie payante, qui se décline aujourd'hui sous différentes formes: Delpeyrat vient de commercialiser ses premières boîtes de caviar «made in Aquitaine».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 11881561 le mercredi 5 déc 2012 à 11:14

    Des moules MARINIERES pour tous !

  • lbodin le mardi 4 déc 2012 à 23:47

    Vu qu'une bête d'élevage sur deux est abattue selon le rite halal ou casher, elle est super made in France l'assiette ! Chacun participera au financement d'une synagogue ou d'une mosquée.

  • bilit13 le mardi 4 déc 2012 à 17:25

    Alors un petrus a 4000 , du caviar a 1000, ...mouarrff plutôt orange et pâté enaf.Bref bouffe de beauf pour un pays de beauf