A Noah de jouer les sorciers

le , mis à jour à 06:04
0
A Noah de jouer les sorciers
A Noah de jouer les sorciers

« Le problème, c'est qu'on n'est pas en vacances. Quand tu vas courir et que tu vois les nanas en string, tu dis aux gars de tourner la tête... » Avant d'affronter la Croatie en demi-finale de la Coupe Davis (à partir de 14 heures), Yannick Noah garde son sens de l'humour. Pourtant, les nuages se sont sacrément accumulés au-dessus du capitaine de l'équipe de France pendant son été indien sur la Riviera croate, réputée pour ses couchers de soleil. Si le légendaire magnétisme du dernier vainqueur français en Grand Chelem semblait avoir parfaitement opéré lors des deux premiers tours (forfait de Milos Raonic contre les Canadiens, puis de Tomas Berdych en République tchèque), la chaleur de Zadar a tourné au fluide glacial.

Respectivement quart et demi-finaliste à l'US Open, Jo-Wilfried Tsonga puis Gaël Monfils (qui a quitté la Croatie) ont jeté l'éponge sur blessure et induit par là même le quatuor (Lucas Pouille, Richard Gasquet, Nicolas Mahut, Pierre-Hugues Herbert) chargé de conduire la France en finale face à la Grande-Bretagne ou l'Argentine.

« Mais ce n'est pas un choix par défaut, tente de convaincre le boss, toujours habile dans sa communication. Richard est là parce qu'il a eu le courage de venir jusqu'ici (NDLR : initialement comme remplaçant). Si Jo et Gaël avaient été là, je ne sais pas s'ils auraient joué. Gaël, ce n'était vraiment pas sûr. Tu ne peux pas entrer en demies de Coupe Davis sans avoir fait deux sets. C'est comme ça que je fonctionne. Le mardi, on fait des matchs. Si t'es pas en état, le week-end tu joues pas ! Il y avait donc tout de même une possibilité que Lucas et Richard jouent, même si les autres étaient valides. »

Pour la première fois depuis son retour aux affaires sur le banc, Noah doit affronter des vents contraires... et des adversaires de premier plan. Cilic et Coric, il y a comme un hic. Le premier, vainqueur de l'US Open en 2014, occupe le top 15 depuis plus de deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant