À New York, l'envolée de l'immobilier fait exploser le nombre de SDF

le
4

Le nombre de sans logis atteint des records dans la grosse pomme, comparable à la situation après la crise de 1929. En cause: la folie des prix et des loyers. À Manhattan, un logement sur deux se vend à plus d’un million de dollars.

Il n’y a pas que Londres qui soit victime de la hausse vertigineuse des prix de l’immobilier. A New York aussi, l’emballement des tarifs creuse le fossé des inégalités. De manière parfaitement synchronisée, une étude publiée ce mercredi montrait que Manhattan affichait désormais un prix médian (la limite de prix d’une vente sur deux) de 1,1 million de dollar, en hausse annuelle de 11 % alors que la mairie fait face à l’explosion du nombre de SDF évalués à 75.000 par les experts.

Alors que les Etats-Unis connaissent depuis 2007 une baisse régulière du nombre de sans-logis (passés de près de 650.000 à 565.000), New York et ses 8,4 millions d’habitants concentre 14 % des SDF du pays. C’est ainsi que Los Angeles, deux fois plus peuplée, compte quasiment moitié moins (41.000) de SDF que New York. Des chiffres qui commencent à mettre le maire démocrate Bill de Blasio sous pression, accusé d’avoir sous-estimé le problème. L’élu a annoncé mardi le départ de son conseiller chargé des SDF, Gilbert Taylor, et l’examen approfondi de deux agences de la mairie spécialisées sur le sujet. Déjà en septembre, l’adjointe en charge des services sociaux Lilliam Barrios-Paoli, avait démissionné.

«Ces dernières années, le nombre de SDF à New York a atteint les niveaux les plus élevés depuis la Grande Dépression de 1929», affirme la Coalition pour les SDF (Coalition for the Homeless). Selon cette organisation les plus touchés par le phénomène seraient les enfants (23.858 vivant dans la rue) et elle recense également 21.967 adultes hébergés en famille, 3687 femmes seules et 10.056 hommes seuls. En dix ans, leur nombre a augmenté de 86 %.

On ne peut s’empêcher de lier le phénomène à l’explosion des prix de l’immobilier dans une ville où le salaire minimum est de 8,75 dollars de l’heure (8 euros). Selon une étude publiée mercredi par le site de données immobilières CityRealty, le prix médian des appartements vendus à Manhattan a franchi en 2015 le cap du million de dollar pour s’afficher à 1,1 million. Un chiffre en progression de 11 % en un an et de 60 % sur la dernière décennie. Le prix moyen, est quant à lui en progression de 5,5 %, à 1,9 million de dollars, par rapport à 2014 et de 72 % par rapport à 2005.

Un record à 67.700 dollars le mètre carré

D’après CityRealty, le prix moyen au mètre carré d’un «condo» à Manhattan était de 18.600 dollars environ, en hausse de 5 % tandis que le prix du neuf s’élève à 22.300 dollars le mètre carré environ. Des tarifs exorbitants qui sont largement dépassés par les adresses les plus prestigieuses: dans la nouvelle tour One57, située sur la 57e rue et haute de 306 mètres, les 26 appartements vendus dans cet immeuble en 2015 se sont négociés en moyenne à 55.400 dollars le mètre carré. Quant au record, il est détenu par l’immeuble situé au 15 Central Park West. Dans cette adresse hyper luxueuse bordant le plus célèbre parc du monde, les six appartements qui y ont changé de main en 2015 sont partis pour 67.700 dollars le mètre carré.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • degrowth il y a 12 mois

    donc bsdm tu reconnais que les difficultés à se loger dans les capitales viennent de la pauvreté endémique dans le reste du pays qui crée des bataillons de sdf déracinés attirés par les luières de la ville.

  • bsdm il y a 12 mois

    Relier le nombre de SDF et les prix de l'immobilier est absurde .dans tous les pays les capitales attirent le plus les Personnes qui croient pouvoir trouver plus facilement un emploi dans les grandes villes

  • degrowth il y a 12 mois

    Ca me rappelle le japon de 1989 avec une capitalisation boursière japonaise représentant 40% de la capitalisation mondiale de l'époque.

  • sibile il y a 12 mois

    en France par contre, le secteur de l'immobilier est toujours sinistré