A New York, draguer en ligne est devenu "super normal"

le
0
A New York, draguer en ligne est devenu "super normal"
A New York, draguer en ligne est devenu "super normal"

Des quadras en quête d'aventure aux jeunes de la Génération Y qui jugent incongru de parler à une femme dans un bar, des millions d'Américains trouvent désormais l'amour sur internet, pratique de plus en plus banalisée pour rechercher l'âme s?ur.A New York, la ville qui ne dort jamais, les personnes non mariées représentent plus de la moitié de la population. Les groupes d'amis sont souvent très liés et peu ouverts, les relations au travail périlleuses et, dans une culture tournée vers les résultats, les flirts dans un café sont généralement mal vus ou rapidement oubliés.Scotchés à leur téléphone portable, les New-Yorkais font leurs courses sur internet, y trouvent leur logement ou leur travail, trouvent leurs vacances sur la toile... Alors pourquoi ne pas y chercher aussi l'amour ou une aventure éphémère ?Avant d'arriver à New York, Andrea Morales, une étudiante de 25 ans du Costa Rica, pensait que draguer sur internet était une rustine pour désespérés."Ici, beaucoup des gens que j'ai rencontrés m'ont dit que c'était super normal", dit-elle. "Au début j'ai trouvé ça bizarre, mais c'est vraiment dur de rencontrer des gens nouveaux, à part vos amis".Elle s'est donc inscrite sur Tinder et OkCupid. Résultat: jusqu'à trois rencontres par semaine, dont finalement sa petite amie. Le couple a duré sept mois puis s'est séparé."Je n'ai pas eu d'expériences vraiment horribles", confie Andrea. "Mais la plupart de mes amies hétéros en ont eues, parce qu'il y a des hommes effrayants dans cet univers".A New York, presque tout le monde semble connaître quelqu'un qui cherche sur internet, qui y a trouvé un flirt ou qui a fini par se marier après une rencontre en ligne."Près de 31% des gens ont trouvé leur dernière histoire d'amour sur internet", confiait récemment l'anthropologue Helen Fisher, après que des pirates informatiques eurent attaqué le site en ligne Ashley Madison, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant