A ne pas manquer cette semaine

le
0
Nicolas Bouzou, président d'Asteres, commente les évènements à ne pas manquer cette semaine.

Jeudi 13 novembre : PIB du troisième trimestre pour l'Allemagne. Les données d'enquête font état d'une dégradation très rapide de la conjoncture économique dans la zone euro. En règle générale, les commandes industrielles ont plongé en premier, entraînant dans leur sillage les exportations. L'Allemagne n'échappera pas à la récession : l'indice IFO est tombé en octobre à son niveau le plus bas depuis 2003, les entreprises anticipant un fort reflux de leurs ventes vers l'étranger. En outre, l'économie ne dispose d'aucun relais de croissance interne, la consommation y étant durablement déprimée. La récession devrait donc y être forte et se prolonger sur une partie de 2009. D'ailleurs, la baisse du taux de chômage observée dans le pays au mois d'octobre ne doit pas être surinterprêtée. Elle s'explique par l'inertie des créations d'emplois et, surtout, par la stagnation de la population active (à la différence de l'Espagne et de la France).

Jeudi 13 novembre : Inflation d'octobre en France. L'inflation française devrait nettement refluer en octobre. Après avoir atteint un pic à 3,6% cet été, elle pourrait repasser désormais sous les 3%. On sait qu'en Allemagne, elle vient de retomber à 2,4%. La forte baisse du pétrole et des prix des matières premières agricoles redonnent un peu de pouvoir d'achat aux ménages : l'inflation est en train de repasser sous le rythme d'augmentation des salaires. Toutefois, il ne faut pas en attendre d'impact sur la consommation des ménages. En effet, les conséquences positives du reflux de l'inflation sont compensées par les conséquences négatives de l'augmentation du chômage et du resserrement des conditions de crédit.

Vendredi 14 novembre : PIB du troisième trimestre pour la France. Le PIB devrait reculer de 0,3-0,4% au troisième trimestre, faisant entrer la France officiellement en récession. Le quatrième trimestre ne devrait pas être meilleur. Les dernières statistiques mensuelles sur le commerce extérieur ont démontré que l'économie française évoluait dans un contexte international exécrable. La demande interne est également affectée, pénalisée par une consommation léthargique et par l'ajustement assez fort du marché du logement (qui se lit, par exemple, dans les enquêtes de confiance réalisées auprès des professionnels du bâtiment, très mauvaises depuis l'été). Dans ces conditions, la croissance sera très faible en 2008 et elle sera négative en 2009 (de l'ordre de -0,5%). Il faudra attendre 2010 pour une lente convalescence.


Propos recueillis par L. M.

VOS INVITES à suivre sur Boursorama

Jeudi 13 novembre à 17h

Dialogue en direct "Spécial Matières Premières" avec Sophie Elkrief, responsable adjointe de la gestion alternative chez Dexia AM.
Pour lire la présentation et posez dès maintenant votre question, cliquez ici.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant