À Nantes, Rennes et Paris, des cortèges pour accueillir les migrants

le
1
À Nantes, Rennes et Paris, des cortèges pour accueillir les migrants
À Nantes, Rennes et Paris, des cortèges pour accueillir les migrants

Sur une pancarte, on pouvait lire : «Aucun être humain n'est illégal». Alors que les habitants de la «Jungle» de Calais sont évacués du bidonville depuis lundi matin, plusieurs rassemblements de soutien à leur accueil se sont déroulés en France le soir-même. 

 

À Nantes (Loire-Atlantique), environ 250 personnes, selon la police, se sont rassemblées. Un seul lieu d'accueil pour une cinquantaine de migrants est prévu dans le département, à Saint-Brévin-les-Pins. C'est ce centre de vacances, propriété de la Caisse centrale des activités sociales (CCAS) d'EDF, qui a été la cible de coups de feu il y a trois semaines. Le préfet avait alors appelé à «l'apaisement». Lundi, les contrôles d'identité opérés par la brigade anti-criminalité ont occasionné quelques tensions.

 

À Rennes (Ille-et-Vilaine), de 150 à 200 personnes ont essayé de partir en cortège jusqu'à la préfecture. Elles en ont finalement été empêchées par les forces de l'ordre.

 

EN IMAGES. Calais : la Jungle démantelée, les migrants évacués

 

À Paris, environ 200 personnes, encadrées par une dizaine de cars de gendarmes mobiles, se sont réunies en fin de journée devant une annexe du ministère de l'Intérieur, dans l'est parisien. Ce rassemblement a notamment réuni des militants du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), du syndicat Solidaires, de la Coalition internationale pour les sans-papiers et les migrants et du collectif Migrants Bienvenue, avec notamment pour slogans «Paris, Calais, solidarité !» ou encore «De l'air ! De l'air ! Ouvrez les Frontières». 

 

Présent sur place, le candidat du NPA à l'élection présidentielle Philippe Poutou a notamment réclamé «une véritable politique en réponse à l'urgence humanitaire», «la liberté d'installation et de circulation» pour les migrants, et «que ceux qui souhaitent se rendre en Angleterre puissent le faire.»

 

À lire : Les prix pour passer en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 il y a 3 mois

    Super. Que les manifestants donnent leurs adresses plutôt que défiler masqués. Et on envoie plusieurs migrants à chaque adresse. Bienvenue les bobo du PS et autres assocs. Qui paie ?? Subventions ?? Mais on laisse les SDF dans la rue ??? Belle mentalité.