À Moscou, les prix montent, le PIB ralentit

le
0

L'inflation a atteint 6,5% l'an dernier en Russie.

En une nuit, dans les kiosques du centre de Moscou, le quotidien Izvestia, dont la réputation fut longtemps égale à celle de la Prav­da, a augmenté son prix de vente de 2 roubles, pour passer à 22 roubles (50 centimes d'euros). Le tarif du ticket de métro a flambé d'un tiers depuis le début de l'année et coûte désormais 40 roubles, contre 30 auparavant (environ 85 centimes). Habitués à la valse des étiquettes, les Moscovites ­accueillent la nouvelle en ronchonnant et ne croient plus aux communiqués triomphants du gouvernement selon lesquels l'inflation, le mal endémique de l'économie russe, reste sous contrôle.

Bien au contraire, celle-ci a atteint 6,5 % l'an dernier, loin des objectifs initiaux. En Russie, «on peut parler de stagflation», soit une hausse des prix conjuguée à une faible croissance, a mis en garde cette semaine la vice-présidente de la banque centrale, Ksenia Ioudaeva. D'ic...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant