À Minya, les islamistes et la politique de l'église brûlée

le
0
REPORTAGE - La mécanique est implacable : quand les partisans de Morsi sont frappés au Caire, les chrétiens sont frappés en Moyenne et Haute-Égypte - comme des répliques d'un séisme. Reportage à Abou Hilal, un quartier pauvre de Minya.

Le centre d'Abou Hilal n'est pas même une place. C'est une large portion de rue dont une poussière dense a depuis longtemps recouvert le bitume. Mais ce n'est pas le centre uniquement parce qu'on y trouve les échoppes, les boutiques, parce que les passants s'y pressent, parce que les pick-up se ­traînent entre bosses et nids-de-poule, parce que les touk-touk se faufilent et klaxonnent, stridents. C'est le centre parce qu'il se situe entre la mosquée Omar Ibn al-Khattab et la mosquée Rahman, distantes de quelque 500 mètres. La première appartient aux Frères musulmans, la seconde à la Gamaa al-Islamiya, un groupe considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis et l'Union européenne.

Abou Hilal, un quartier ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant