À Marseille, le savon protège son identité

le
0
Les quatres derniers savonniers régionaux se sont unis pour créer la marque «Savon de Marseille» afin de lutter contre la concurrence asiatique.

Administrativement, cela s'appelle une «indication géographique protégée», une IGP. Concrètement, cela signifie que les fraises du Périgord ne peuvent provenir que du Périgord ou les anchois de Collioures, de Collioures.

À Marseille, où l'on ne fait jamais rien comme tout le monde, c'est le savon que l'on veut protéger. Les quatre derniers savonniers régionaux ont décidé de se défendre avec d'autant plus de pugnacité que l'un d'entre eux a été placé en redressement judiciaire. «Il y a plus de faux savons de Marseille vendus que de vrais», a assuré à l'AFP Julie Bousquet-Fabre, présidente de l'Union des professionnels du savon de Marseille. Car voilà, même l'illustre petit pain marseillais doit affronter une concurrence «made in Asia», utilisant - horreur! - de la graisse animale. Du coup, les savonniers, ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant