A Marseille, le préfet «rappelle» l'illégalité des services «type UberPOP»

le , mis à jour à 15:30
13
A Marseille, le préfet «rappelle» l'illégalité des services «type UberPOP»
A Marseille, le préfet «rappelle» l'illégalité des services «type UberPOP»

Périphérique bouché, concert de klaxons. Au lendemain de l'annonce de l'arrivée d'UberPop à Strasbourg, Marseille et Nantes, les taxis de ces villes poursuivent leur mobilisation contre ce service qui permet aux usagers de commander une voiture conduite par un non-professionnel depuis un téléphone portable. A Marseille, des représentants des taxis ont été aussi reçus en préfecture et le préfet des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté qui «rappelle» l'illégalité des services «type UberPop» et prévoit des «contrôles renforcés».

A Nantes, une centaine de véhicules ont mené une opération escargot dans la matinée avant une réunion en préfecture, occasionnant plusieurs kilomètres de bouchons.

Dans les deux villes, les taxis réclament l'interdiction d'UberPop, qui a déjà valu à l'Américain Uber de multiples démêlés avec les autorités et la justice. Déjà disponible à Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Bordeaux et Nice, le service a été interdit fin mai par le préfet du Nord pour «concurrence déloyale» vis-à-vis des VTC (voiture de transport avec chauffeur) et des taxis. 

Les taxis marseillais obtiennent un arrêté renforçant les contrôles

«On a obtenu l'engagement du renforcement des contrôles et le rappel de l'illégalité des sessions de recrutement d'UberPop», s'est satisfait Rachid Boudjema, secrétaire général du syndicat des Taxis marseillais. La mobilisation de taxis positionnés devant la préfecture, autour de la gare TGV d'Aix, de l'aéroport Marseille Provence à Marignane et de certaines portes du Grand port maritime de Marseille (GPMM) dans la matinée, ont été levés après cette annonce.

La préfecture des Bouches-du-Rhône a rappelé mardi dans son arrêté «que les conducteurs qui exerceraient illégalement la profession de taxi ou de conducteur de VTC, s'exposeraient à des sanctions pénales d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende pouvant être assorties de peines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • canddide le mardi 9 juin 2015 à 16:26

    taxis et taxes ça a la même origine étymologique ? :-)

  • mlemonn4 le mardi 9 juin 2015 à 15:57

    Le rôle du préfet n'est pas de faire la loi mais de faire respecter la loi; et pour le moment la société UBER a obtenu gain de cause dans plusieurs villes et à une action en justice devant la cour européenne; les Préfets en France ont une facheuse tendance à interpréter la loi ou faire du déni de justice compte tenu des pouvoirs beaucoup trop importants qu'ils ont du politicard, au point même aujourd'hui de mettre en cause la démocratie et les fondements d'une république respectable

  • M2723293 le mardi 9 juin 2015 à 13:10

    Puisque les conducteurs sont identifiés, leurs courses et le prix payé aussi, pourquoi n'est-il pas possible de taxer l'employeur et l'employé en appliquant les cotisations sociales. On le fait bien pour d'autres catégories de travailleurs "occasionels", pourquoi pas pour ceux-ci ?

  • DrM le mardi 9 juin 2015 à 12:53

    et bientôt la SNCF va faire interdire le covoiturage, parce que le tgv c'est plus écolo !

  • M2683479 le mardi 9 juin 2015 à 12:24

    quoa .les licences sont données gratuitement par l'état . ce sont les taxis qui se les revendent à bon prix

  • M6010334 le mardi 9 juin 2015 à 11:58

    Les taxis seraient ils propriétaires des routes ?En tout leur crainte de la concurrence démontre le coût trop élevé de leur prestation ...

  • pbenard6 le mardi 9 juin 2015 à 11:31

    comment convaincre les jeunes de faire des études et de passer examens et concours quand le culot suffit

  • alc2855 le mardi 9 juin 2015 à 11:31

    Et il vont interdire internet pour sauver le minitel ? Il faut aussi sauver la prime de charbon des cheminots.... portenawak ce pays...

  • DrM le mardi 9 juin 2015 à 11:30

    le taxi c'est une arnaque ! Pendant des années ils se sont gavés, tout comme l’État d'ailleurs.

  • pbenard6 le mardi 9 juin 2015 à 11:28

    la dérégulation touche tous les secteurs de l'économie; n'importe qui - ou presque - peut se lancer dans n'importe quelle activité sans la moindre connaissance du métier;