A Marseille, la « journée burkini » vecteur d'une polémique politique

le
4
La préfecture de police refuse, pour l'heure, de prononcer une quelconque interdiction.
La préfecture de police refuse, pour l'heure, de prononcer une quelconque interdiction.

L’association Smile 13, qui a privatisé un parc aquatique de la région, pourrait finalement annuler l’événement.

« Nous ne savons pas si nous allons maintenir notre événement. Nous attendons de voir si les messages de haine reçus aujourd’hui sont de simples mots ou de véritables menaces qui pourraient mettre en danger des enfants et des femmes venus simplement se baigner ». Trésorière de l’association Smile 13, Melisa Thivet, 33 ans, s’interrogeait, larmes dans la voix, jeudi 4 août, sur le devenir de la journée de privatisation d’un parc aquatique de la région marseillaise qui provoque une polémique nationale.

Prévu le 10 septembre, après les vacances, l’événement devait, selon l’association, permettre à des femmes musulmanes « de profiter des jeux et des activités du parc, en portant des vêtements couvrant leur corps, de la poitrine aux genoux ». Smile 13 a négocié auprès du Speedwater, parc privé de 4 hectares, un tarif « d’un peu moins de 15 000 euros », qu’elle comptait amortir « en attirant près de mille participantes », et surtout la permission de se baigner en « burkini » ou « jilbeb de bain », deux accessoires couvrant la totalité du corps.

L’association n’aura peut-être pas l’occasion d’annuler. Le sénateur Michel Amiel (Force du 13), maire des Pennes Mirabeau, commune des Bouches-du-Rhône où se situe le parc, a annoncé, jeudi, un arrêté interdisant l’événement, « au motif qu’il est susceptible de troubles à l’ordre public ». M. Amiel reconnaît « ne pas avoir eu de contact avec les organisateurs », mais considère la journée comme une « provocation dont on n’a pas besoin da...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 4 mois

    Tel les naturistes (tout nus ) se regroupent à l'écart des habillés légers.

  • M8252219 il y a 4 mois

    Ces femmes sous influence ont toujours la possibilité de se baigner en burkini sur toute les plages.

  • JODHY il y a 4 mois

    Welbeck , un visionnaire

  • ebrardpa il y a 4 mois

    Mille et une chose du "vivre ensemble"... Mais pas comme vous !!! Une déconstruction méthodique de la France, depuis des années... L addition finira pas être payée, à tous les niveaux !