À Madrid, Hollande travaille ses relations internationales

le
0
Le candidat du PS pour 2012 a rencontré mardi soir le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, et l'ancien président brésilien Lula. Il en a profité pour attaquer Nicolas Sarkozy.

En retard, comme souvent : François Hollande est désormais un homme très occupé. Mais jamais stressé. Candidat du PS pour 2012, le député de Corrèze a effectué mardi son premier déplacement depuis sa désignation, à Madrid, en montant in extremis à bord de son avion. Là, il commente auprès des journalistes les rapports qu'il veut établir avec le PS : une relation «simple, limpide et franche», dit-il. Il n'est pas en recherche d'une réorganisation du parti même si ses proches veilleront désormais sur les investitures ou les négociations avec les partenaires du PS. «J'ai été premier secrétaire pendant onze ans, je ne vais pas devenir premier secrétaire bis», explique-t-il en prévenant : «il n'y aura de double commandement». C'est lui le chef. Le PS doit être «au service» de l'organisation de la campagne. Ceci étant clair, il se dit «en confiance réciproque» avec la première secrétaire Martine Aubry, son ex-rivale.

À son arrivée, en fin de journée,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant