A Madagascar, les députés votent la destitution du président

le
0
A Madagascar, les députés votent la destitution du président
A Madagascar, les députés votent la destitution du président

Les députés malgaches ont voté à une très large majorité mardi soir la destitution du président Hery Rajaonarimampianina, accusé notamment d'avoir violé la Constitution, au risque de replonger la Grande Ile dans une nouvelle crise politique. La Haute Cour constitutionnelle doit désormais se prononcer sur le bien fondé de la déchéance du président, votée par 121 députés contre 4, sur 125 votants, parmi les 151 députés de l'Assemblée nationale. La majorité des deux tiers requise pour obtenir la destitution du président était de 101 voix.

«Il est déclaré officiellement que la soumission à la Haute Cour constitutionnelle de la requête de mise en déchéance (de Hery Rajaonarimampianina) est acceptée par tous» a annoncé officiellement le président de l'Assemblée Jean Max Rakotomamonjy après le dépouillement du vote des députés.

Accusé de plagiat dès son élection

L'élection démocratique --la première depuis 2006-- d'Hery Rajaonarimampianina en décembre 2013 avait laissé croire que Madagascar pourrait enfin sortir de la très grave crise politique et économique dans laquelle elle était plongée depuis le renversement du président Marc Ravalomanana par le maire d'Antanarivo Andry Rajoelina, en 2009. Expert-comptable de formation, M. Rajaonarimampianina avait promis à la population une vie meilleure. Et il avait promis d'agir vite. S'il a su renouer avec les bailleurs de fonds étrangers qui avaient tourné le dos au pays après le coup de force de 2009, ses détracteurs et la société civile lui reprochent son inertie, ses tâtonnements et son inefficacité.

A peine élu, Hery Rajaonarimampianina s'était fait remarquer bien au delà des frontières de Madagascar. Mais malheureusement pour lui, pas pour ses compétences politiques. Ce dernier avait tout simplement récupéré, mot pour mot, pour son investiture officielle, un passage d'un discours prononcé par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant