A Lyon, la magistrale transformation d'un garage Art déco

le
0

EN IMAGES.- A deux pas du Rhône, en plein quartier étudiant, l’ancien garage Citroën a retrouvé son lustre d’antan. Il a fallu 35 millions d’euros pour faire de ce bâtiment industriel pas comme les autres, grand comme 6 terrains de foot, un immeuble de bureaux.

Une façade Art déco, du béton armé, des ferronneries de Jean Prouvé, le garage Citroën du 7e arrondissement non loin des universités Lyon 2 et Lyon 3 est un élément insolite du paysage lyonnais. «Tous les Lyonnais connaissent ce bâtiment» assure Jean-Pierre Gagneux, le directeur général de la société 6ème Sens Immobilier, à l’origine du projet qui a permis de restaurer et de transformer ce gigantesque garage Citroën en immeuble de bureaux.

Avec l’inauguration fin janvier du garage remodelé, c’est la fin d’une épopée qui a coûté 35 millions d’euros. Il a fallu transformer l’immeuble qui abritait autrefois une ligne de montage de Citroën en plein coeur de la ville en immeuble de bureaux high tech. L’édifice de béton et de verre Art déco terminé en 1932 et son hall grandiose de 18 mètres de haut ont au bout de ce chantier de longue haleine retrouvé leur splendeur.

Inscrit à l’Inventaire des monuments historiques, ce garage Citroën s’étend sur 31.500 m². «Ce fut la plus grande station-service du monde» rappelle Jean-Pierre Gagneux. Grand, certes, mais pas seulement. Ce bâtiment a une autre originalité, il comporte des oeuvres de Prouvé et des rampes monumentales. Baptisé New Deal, le bâtiment, qui vient d’être converti en bureaux, a gardé son identité, celle que lui ont donné au départ l’architecte Maurice-Jacques Ravazé, Jean Prouvé et André Gustave Citroën.

Pour y parvenir, il a fallu faire travailler 21 bureaux d’études avec la Conservation régionale des monuments historiques et les services territoriaux de l’architecture et du patrimoine . «Ce lieu va conserver son activité et ses caractéristiques historiques, dont les rampes frappées des chevrons de la marque, les volumes, les plafonds en béton armé, simplement peints en blanc, et les ferronneries façonnées par le célèbre designer Jean Prouvé» explique Jean-Pierre Gagneux. Les balustrades intérieures ont été restaurées et ont franchi les années, les ascenseurs eux ont dû être remplacés.

16 tonnes et 140 mètres carrés pour la porte

Autre singularité: la porte en acier et en verre qui se trouve à l’angle de la rue de Marseille et de la rue de l’Université. Elle a été refaite dans l’esprit de Prouvé, la porte d’origine ayant disparu dans les années 80. Une oeuvre monumentale de 16 tonnes et 140 mètres carrés!

Qui seront les chanceux qui travailleront dans ce cadre pas comme les autres? Les premiers occupants ont déjà emménagé: Citroën au rez-de-chaussée sur 5 000 m² (une surface d’exposition et de vente de voitures neuves et d’occasions), l’Inseec, une école de management et de commerce (1700 étudiants) au 3ème étage et Santé Vet, spécialiste des assurances et mutuelles pour animaux au 4e étage.

Et , puisque les rampes étaient là, elles serviront. Les parkings se trouvent aux étages des bureaux, ce qui a d’ailleurs nécessité la mise en place de portes coupe feu et autres systèmes de sécurité pour être aux normes actuelles.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant